30 mars 2018

Accident ou suicide à Benest ?

Benest

Accident ou… Suicide ?

Le 27 courant, la gendarmerie ayant été prévenue d’un accident mortel venait de se produire à Benest se rendit aussitôt sur les lieux.

Il s’agissait d’un nommé Audouin Jean, 57 ans, demeurant au bourg de Benest, qui se serait tué en nettoyant son fusil de chasse. Un coup partit et le malheureux reçut la décharge en pleine figure. La mort a été instantanée.

La demoiselle Pingannaud qui travaillait a coté, ayant entendu la détonation pénétra rapidement dans la cuisine où elle aperçut Audouin assis sur une chaise, la tête ensanglantée portant une large blessure au coté droit par lequel s’échappait la matière cérébrale et près du corps inanimé le fusil tombé sur le plancher.

On ne sait encore s’il y a suicide ou accident.

Audouin souffrait depuis un certain temps, d’une maladie de cœur. Il était très estimé dans la commune.

Articles de la Charente et du Cri de la Charente. (mars 1918)

1918-03-30 - Benest b

Posté par BENOIT-PERISSAT à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 mars 2018

Cambriolages à Sommières du Clain

Sommiéres du Clain

Quatre cambriolages. Dans la nuit du 21 au 22 courant, des vols avec effraction ont été commis au préjudice de quatre habitant de notre commune.

Chez m. Adolphe Morichaud, receveur buraliste, les malfaiteurs ont pénétré en passant par une petit fenêtre donnant accès au sous-sol et dont ils ont enlevé le grillage puis ils sont remonté dans le bureau où ils ont soustrait des paquets de tabac, de cigares et de cigarettes et une dizaine de francs en monnaie.

Chez M. Martin, boulanger, ils sont entrés par une petite fenêtre de derrière et ont dérobe dans une sacoche un porte-billet contenant une centaine de francs en billets et coupures.

Chez Mme Portejoie, épicière quincaillière, la porte n’était pas fermée à chef, les voleurs sont entrés facilement et, dans le tiroir caisse de la boutique, ont soustrait les 125 fr. qui s’y trouvaient.

Enfin, M. Valade, épicier quincaillier, constatait le 22 au matin, que des cambrioleurs avaient essayé de pénétrer chez lui, mais que les moyens de fermeture les avaient empêché de mettre leurs projets à exécutions. Ils avaient escaladé les murs des jardins avoisinants mais n’ont pu entrer que dans un sous-sol où peut être ils sont pris du vin et du cidre, mais ce n’est pas prouvé jusqu’à présent.

La gendarmerie recherche les auteurs de ces vols.

1918-03-27 - Sommière du Clain

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Puteaux, 30 coups de couteau

Laennec c

Trente coups de couteau.

A Puteaux, dans une maison de la rue Condorcet, plusieurs ménages voisins vivaient depuis longtemps en mésintelligence. Au cours d’une violente discussion, hier soir, le nommé Paul Lemouton, âgé de cinquante ans, journalier, a été frappé à coups de couteau par le nommé Julien Badon, dix-huit ans, ouvrier fumiste. Lemouton, n’a pas reçu moins de trente blessures à la tête, à la poitrine et dans le dos. Dans un très grave état, il a été transporté à l’hôpital Laënnec.

Son agresseur est au dépôt.

 

Article du 27 mars 1918

#puteaux

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 mars 2018

Incendie dans les bois de la plaine à Pressac

19/03/1918

Pressac.

Incendie d’un bois. Le 12 courant, vers 10 heures du matin, le feu se déclarait dans les bois de la Plaine, sur les limites des communes de Pressac et de Pleuville et appartenant à divers propriétaires, MM. De Saluces, Favre et Triblault. L’incendie qui avait pris naissance dans des ajoncs se propage rapidement et malgré les efforts des habitants accourus, 5 hectares de bois de coupes de 3 à 8 ans ont été détruits. On attribue la cause de l’incendie à un habitant de Pleuville qui travaillait près de là et qui a imprudemment allumé du feu.

1918-03-19 - cadastre Pressac bois de la plaine b

#Pressac 

Article de L'AdV

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2018

Pyrénées et Côte Basque en 1911

1911

 

05/04/1911

Pyrénées et Côte Basque.

La Montagne et l’Océan ; les lus douces montagnes et les plus belles. Une côte parsemée de nids luxueux, brillants, hospitalier. Des paysages grandioses et d’une variété inconcevable.

Des sports, des plaisirs, une vie à volonté intense ou paisible qu’on ne saurait trouver dans nul autre décor.

Et tout cela tut près de nous, à une nuit de sleeping, à moins même, grâce aux services excellents qui se succèdent sur ces lignes fortunées. Biarritz, dont la nouvelle gare a été inaugurée au cœur de la ville, il y a un moins, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye, Pau, Saint-Sébastien, sont désormais à 10 ou 11 heures de Paris par les deux trains de luxe : le diurne Sud-Express et le nocturne Côte-Basque.

Si vous ne connaissez pas encore ce pays bienheureux, ne manquez pas de lire la jolie brochure : Pyrénées et Côte Basque » que viennent de faire paraître les Compagnies d’Orléans et du Midi.

Si vous la connaissez vous la lirez encore avec plus de plaisir.

Cette plaquette, écrite par M. Paul Mieille et luxueusement éditée, contient avec plus de 120 illustrations et aquarelles, une carte spécialement dressée pour les excursions en autos et tous les renseignements intéressants et utiles pour le touriste.

( article dans la Charente) gallica

Sud-Express

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 mars 2018

Le Creusot " accident mortel, vol et chute grave"

09/03/1918

Le Creusot

Accident mortel.

Un nommé Hawy, 45 ans, originaire du Nord, mobilisé aux Usines, rentrant chez lui la nuit dernière, rue de la gare, a fait une chute terrible.

Passant par dessus la rampe de l’escalier le malheureux fut précipité dans le vide venant s’abattre dans les escaliers de la cave.

Des voisins attirés par le bruit découvrirent le cadavre du malheureux qui avait la colonne vertébrale et le crâne fracturé.

Hawy qui était tombé du palier du deuxième étage avait été tué sur le coup.

 

Vol

Dans la journée de mercredi profitant d’une grande affluence, chez M. Rochette, épicier route de Couche, deux personnes se sont emparées de différentes marchandises.

 

Chute grave.

Le nommé Jeannot Jean, 44 ans, en réparant une cheminée au hameau de Montcoy, est tombé à terre et s’est fracturé la cuisse droite. Il a été amené à l’Hôtel-Dieu.


Articles du quotidien Paris-Centre

 

1918-03-09 - le Creusot route de couche et rue de la gare

1918-03-09 - le Creusot route de couche

1918-03-09 - le Creusot Montcoy

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,