8 avril 1918

  •  Puteaux

Un noyé ligoté et bâillonné.

Quai National, à Puteaux, hier matin, M.Crété, fils du gérant du bateau-lavoir, retirait de la Seine le corps d’un homme qui, selon toute apparence, n’avait succombé ni à un accident ni à un suicide. Le cadavre, en effet, était bâillonné ; il avait en outre les poignets étroitement liés et fixés avec une lanière de cuir le long de la cuisse gauche.

Prévenu aussitôt, M. Mignonneau, commissaire de police, vint procéder aux constatations, et de cet examen il ressort qu’on se trouve en présence d’un crime.

L’inconnu est un homme d’une quarantaine d’années aux traits rendu méconnaissable par le séjour dans l’eau. Deux semaines d’immersion environ. Il est vêtu de deux pantalons, l’un rayé gris et noir, l’autre en toile bleue ; paletot gris, gilet bleu-marine, cache-col marron, chaussures à lacets usées. Le mouchoir employé comme bâillon a été démarqué de ses lettres.

Transporté à la morgue.

 

1918-04-08 Puteaux et peniches