20 avril 2018

Faits Divers au Creusot et région en Avril 1918

 

Le Creusot. Triste aventure - 5 avril 1918

 Mardi soir, vers 10 heures, M. Lefevre du 20e escadron du train des équipages, en permission, en passant rue du Pont du Souci a trouvé un sieur Julien Martin, demeurant route de Torcy, 43, baignant dans son sang. Après un pansement sommaire, il le transportant à l’hôtel Dieu, où l’on constata que le malheureux portait quatre coups de couteau dont un à la tête, un au bras et deux sur le corps. Interrogé, Martin a déclaré avoir été attaqué par des Chinois. Une enquête est ouverte.

  

Le Creusot - 7 avril 1918

 Dans la soirée de samedi, il a été constaté à la gare, la disparition d’un certain nombre de marchandises : beurre, œuf, sans éveiller l’attention.

  

Montceau-les-Mines (13 avril 1918)

 Une dame Mure, âgée de 40 ans, mère de trois enfants, qui était séparée de son mari depuis sept ans, s'est pendue dans son domicile. ( Le matin)

  

Antully. Chute mortelle d'aviateurs. ( 17 avril 1918)

 Le Creusot, 14 avril. Dépêche particulière du "Matin". Au camp d'aviation d'Antully, un appareil biplace monté par le sergent pilote Roger Peltier, 23 ans, originaire de Paris, et le sergent mitrailleur Paul Blanlœil, 25 ans, d’Angoulême, a capoté à 100 mètres de hauteur et est venu s'écraser sur le sol. Les deux aviateurs ont été tués sur le coup. Le sergent Peltier avait été blessé six fois et était décoré de la Croix de guerre.

  

Le Creusot - 19 avril 1918

Coups de révolter. Dans la nuit du dimanche 14 courant, plusieurs coups de revolver ont été tirés à l’entrée de la route de Couches.

Coup de couteau. Dans la même nuit plusieurs mobilisés aux usines, au cours d’une violente discussion, échangèrent des coups de couteaux. l’un d’entre eux ayant été assez sérieusement atteint a été conduit à l’Hôtel-Dieu où il est resté en traitement. La police enquête.

Orage. Un orage assez violent a sévi sur le Creusot et les envions, dans la soirée de Dimanche.

 

Le Creusot - 21 avril 1918

 Arrestation. Le sieur R… Albert, 36 ans, mobilisé aux Usines, a été remis à l’autorité militaire pour coups et blessures volontaires.

 

Joachim Gambin sujet espagnol a été arrêté pour infraction sur la circulation des étrangers.

 

Vol. Dans l’après-midi du mardi 16 avril, le montant du tiroir-caisse de Mme Desbois, épicière, rue Marceau, a disparu pendant une courte absence de cette dernière ; On ignore encore l’auteur de ce vol qui s’élève à 250 francs.

 

  

 

le creusot rue de la villadieu

 

 

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


19 avril 2018

Biarritz - Une perquisition à la villa Velléda ( Pacha Bolo)

Biarritz - Une perquisition à la villa Velléda.
18 avril 1918. On annonce qu’une longue perquisition a été opérée dans la villa Velléda, ancienne résidence de Bolo. On en ignore les motifs et les résultats (Havas).
Pacha Bolo a été fusillé le 17 avril 1918 au  fort de Vincennes. 
En 2018, La villa existe encore.
pour en savoir plus

Paul Marie Bolo, aventurier et séducteur aux gants blancs

Paul Marie Bolo, aventurier et séducteur aux gants blancs, abandonna ses tableaux impressionnistes dans un grenier de Marlotte

http://www.apophtegme.com

http://www.apophtegme.com/ALBUM/bolo.htm

1918-04-19 - Biarriz Villa Velléda de Pacha Bolo

1918-04-19 - Biarriz Villa Velléda de Pachar Bolo

Posté par BENOIT-PERISSAT à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2018

Suicide d'un Putéolien

03/04/1911 ( la Charente)

Suicide d’un assassin.

Le dresseur de chevaux Andrault, originaire de Puteaux (Seine), inculpé de l’assassinat du père Caillaud, dit Cadoche, dans le nuit du 25 au 26 février, s’est pendu dans sa cellule, à la Châtre, pendant que le gardien-chef de la prison déjeunait.

Andrault, qui avait fait montre d’une très belle assurance au début et narguait le juge d’instruction, venait d’être serré dans ses derniers retranchements et obligé d’avouer son crime. En revenant de l’instruction, à midi et demi, il avait perdu sa belle assurance et paraissait déprimé.

Quand le gardien-chef, son déjeuner achevé, effectua sa tournée habituelle, il trouva le misérable pendu à la barre de son lit à l’aide de sa cravate.

1911-04-03 - Puteaux Dans la Charente

#puteaux

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 avril 2018

Tentative de meurtre à Joussé

Il y a 124 ans.
tentative de meurtre à Joussé, par un Availlais
Lundi soir, une tentative de meurtre a été commise au bourg de Joussé ou se tenait la foire du mois
Un nommé Gautron, habitant Availles-Limousine, a tiré un coup de revolver sur un sieur Artaud sans l’atteindre. Malheureusement, un sieur Brunet, qui passait à ce moment là, reçut la balle destinée à Artaud qui lui fit à une cuisse un blessure assez profonde, mais ce pendant sans grande gravité.
La gendarmerie d’Usson, aussitôt prévenue, se mit en campagne et dans la nuit, Gautron était arrêté et conduit sous bonne escorte à Usson à la chambre de sûreté.
Le Parquet de Civray s’est transporté mardi sur les lieux pour procéder à l’enquête.
On ignore, quant à présent, les motifs qui ont fait agir Gautron.
15/04/1894 La Semaine

Joussé


#poitoucharente #joussé #availleslimousine #usson #civray 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 avril 2018

Puteaux " un noyé ligoté et bâillonné"

8 avril 1918

  •  Puteaux

Un noyé ligoté et bâillonné.

Quai National, à Puteaux, hier matin, M.Crété, fils du gérant du bateau-lavoir, retirait de la Seine le corps d’un homme qui, selon toute apparence, n’avait succombé ni à un accident ni à un suicide. Le cadavre, en effet, était bâillonné ; il avait en outre les poignets étroitement liés et fixés avec une lanière de cuir le long de la cuisse gauche.

Prévenu aussitôt, M. Mignonneau, commissaire de police, vint procéder aux constatations, et de cet examen il ressort qu’on se trouve en présence d’un crime.

L’inconnu est un homme d’une quarantaine d’années aux traits rendu méconnaissable par le séjour dans l’eau. Deux semaines d’immersion environ. Il est vêtu de deux pantalons, l’un rayé gris et noir, l’autre en toile bleue ; paletot gris, gilet bleu-marine, cache-col marron, chaussures à lacets usées. Le mouchoir employé comme bâillon a été démarqué de ses lettres.

Transporté à la morgue.

 

1918-04-08 Puteaux et peniches

Posté par BENOIT-PERISSAT à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :