29 janvier 2020

Le monument aux morts à Confolens

28 Janvier 1920

 

Le monument aux morts à Confolens

L’hommage le plus précieux que l’on puisse rendre aux morts est, sans conteste, la fidélité du souvenir, au fond de chaque cœur : rien ne vaut, pour eux, la piété des tendresses particulières, qui ne laisse pas s’éteindre la lampe. Mais il est des morts si grands, dont le geste s’illustra de tant de beauté et de vertu fécondes, qu’il n’est pas permis d’enclore leur culte dans le cercle de la famille, avec les lares du foyer. l’âme de ces Morts déborde la maison. A ces Morts qui se sont offerts à la Patrie, qui l’ont sauvée, la Patrie reste comptable ; l’hommage leur doit être public. L’hommage, au nom de la collectivité, doit durer, solennel et permanent, sous les yeux : il faut que la pierre ou le bronze, si jamais défaillaient la gratitude et la mémoire, se dresse là, comme un rappel.

Ces morts nous ont donné ; c’est par la grâce de leur sacrifice que la France continue son destin, qu’il peut y avoir encore de la fierté et de la douceur à vivre. Aussi chaque ville a-t-elle à cœur d’élever à ses enfants morts pour la Patrie, dans la mesure de ses ressources plus que de son admiration, un collectif monument. Digne d’eux ? Non ! Rien ne saurait en être digne, mais qui, du moins, témoigne de notre pieuse ferveur.

Confolens a dessein, aujourd’hui, d’accomplir ce devoir. Confolens, on le sait, a été cruellement éprouvé et nombreux sont nos morts ; longue se déroule la liste de nos compatriotes épars sur la terre de France et à l’étranger, un peu partout, où, pendant ces quatre ans, il y eut du sang et de la bravoure à prodiguer. Ces parents de ces amis, héros disséminés par la tempête des batailles, en exil sous tant de cieux, sera-t-il permis, un jour, de les ramener dans nos murs ? Ils nous ont gardés ; aurons-nous, à notre tour, la garde de leurs cendres ? Nous l’espérons ; mais il est urgent, dès maintenant, de les grouper spirituellement autour d’un symbole, de fondre ces multiples visages sous les traits d’une même statue, d’inscrire les noms sur la stèle ; il est urgent et nécessaire que ces morts retrouvent la vie au milieu de nous, une vie surnaturelle qui les fasse contemporains de tout l’avenir, et qu’ils revêtent, par nos soins, leur forme d’éternité.

Ce Monument, par quoi ils tiendront désormais au sol natal, sera en même temps un enseignement. Il y a des endroits en Terre où l’on vient s’enivrer de beauté et de poésie ; d’autres sont riches en sources de foi ; là, en face de ce Monument,comme s’ils étaient transportés aux bords de l’Yser ou dans la forêt de l’Argonne, nos enfants respireront de l’héroïsme ; devant ce tertre de volontaires immolations, mieux que dans le Manuel scolaire, ils comprendront qu’il est au monde quelque chose de plus précieux que la fortune, le bonheur et l’existence même. En relisant ces noms victorieux qui leur sont familiers, ils exalteront leur amour de la grande Patrie et de la Petite.

C’est de la population Confolentaise que nous attendrons les ressources nécessaires à l’érection du Monument ; des subventions nous viendront par ailleurs, mais notre ville se doit l’honorer la première avant toute aide de l’État, ses propres enfants.

Messieurs les Conseillers municipaux, répartis par quartiers, recueilleront prochainement les souscriptions. Nous ne ferons pas appel à d’illusoires générosités ; on n’est pas pas généreux à s’efforcer d’acquitter une dette, surtout quand la créance, celle du sacrifice et du sang, est infinie. Du moins, que chacun de nous s’empresse de cueillir dans son jardin, que ces héros lui ont préservé, la plus riche branche de laurier, pour ombrager leur mémoire.

 

Les souscriptions seront reçues par Messieurs les Conseillers municipaux qui se rendront à domicile. Elles pourront également être déposées au secrétariat de la Mairie, chaque jour, de 9 heures à 11 heures, et de 2 heures à 4 heures.

1920-01-28 - Mairie

1920-01-28 - Confolens, monument aux morts

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 novembre 2019

Confolens 14 juillet 1933

Vidéo, du 14 juillet 1933 à Confolens en Charente ( Limousine)

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juillet 2019

Le 14 juillet 1919 à Confolens

 

 

Confolens a tenu à célébrer, comme il convient, la journée de la Victoire ; et ce fut réellement l’allégresse ressuscitée, après quatre longues et sanglantes années d’angoisses. Pavoisement de la ville, salves d’artillerie et voix de nos cloches, tout disait la joie des cœurs, qui battaient enfin dans les poitrines libérées.

Il y a des jeux,n dont nous avions perdu mémoire ; une Kermesse, que para la grâce, costumée et pittoresque, de nos jeunes Confolentaises ; des retraites aux flambeaux, un feu d’artifice, un bal ; tout fut parfait. C’était un rayonnement du ciel et des visages ! Et comment fêter assez le triomphe de la France et le salut du monde ?

Mais, au milieu de ces réjouissances, nous songions principalement à Ceux qui nous conquirent cette grande journée, à tous ces incomparables soldats dont les uns défilaient là-bas, sous l’Arche Napoléonienne, dont les autres, âmes éparses, allégées de leur corps, se mêlaient aux souffles mêmes de la Patrie.

 Dès la veille, nous avions pieusement honoré leur sacrifice ; le matin, dans l’église de Saint-Maxime, une voix éloquente, encore meurtrie des épreuves de la guerre, évoquait, avec un frisson qui nous gagna tous, l’héroïsme et la foi de ces nouveaux martyrs. Ce n’était pas une oraison funèbre, mais le chant du triomphe et de l’espérance chrétienne. L’absoute ensuite leur fut donnée ; et nous les avons vus se dresser dans la lumière immortelle, gardant encore, plus belle que la robe des Élus, les capotes fangeuses de la Marne ou de l’Yser.

Le soir, ce fut le pèlerinage au cimetière, où reposent avec quelques-uns de nos compatriotes, une trentaine de soldats du 165e. Confolens s’était fait un devoir de leur apporter l’hommage de sa gratitude. Toute la ville était là : sous préfet, conseil municipal, enfants des écoles, administrations diverses, sociétés avec leurs bannières, dernières vétérans qui avaient sauvé l’honneur à Saint-Privat et à Bitche, blessés et mutilés de la guerre, dont se ralentissait orgueilleusement le cortège,e ce fut une manifestation grandiose par son recueillement et son unanimité. Des fleurs furent déposées sur les tombes, et trois beaux discours prononcés, que nous reproduisons plus bas. Comme l’a dit avec une si profonde émotion l’un des orateurs, nous ne saurions nous contenter d’un jour de reconnaissance, et nous attendons prochainement le marbre où seront gravés les quatre vingt quinze noms confolentais.

C’est là que nous irons prier et remercier, que nous irons demander, pour nous et nos fils, la survivance de ces généreuses vertus qui ont préservé les destins de la Patrie.

 

 

1919-07-17 - Confolens Saint-Maxime église

1919-07-17 - Confolens Saint-Maxime b

1919-07-17 - Confolens Saint-Maxime

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 juillet 2019

Confolens la Fête de la Victoire et le 14 juillet 1919. Le programme.

Le Maire de Confolens adresse à ses administrés, l’appel suivant :

Mes chers concitoyens,

la fête nationale du 14 juillet sera, cette année, la Fête de la Victoire et de la Paix. Nous devrons donc la célébrer, en pleine concorde, avec un éclat tout particulier.

Je vous invite en conséquence à pavoiser vos demeures, à orner nos rues, à illuminer vos fenêtres ; que chacun, dans la mesure de ses moyens, aide à donner à notre charmante cité un air de fête et participe aux réjouissances publiques.

Mais avant de célébrer la Victoire nous devons manifester notre reconnaissance à ceux qui en ont été les artisans et qui sont morts pour le triomphe de la Justice et de la Liberté. Je vous demande donc de vous joindre tous, dimanche 13 juillet, à 16 heures 30, à la Municipalité et au Conseil municipal qui se rendront, de l’hôtel de ville au cimetière pour déposer des fleurs sur les tombes des soldats morts pour la France.

En mairie, à Confolens, le 10 juillet 1919. le Maire : Jules Halgand.

 

Confolens

Le Programme de la Fête de la Victoire et du 14 juillet.

Le dimanche 13 juillet :

A 20 heures : Sonnerie des cloches ; salve de 21 coups de canon

A 21 heures : retraite aux flambeaux avec le concours de la Société musicale de Confolens.

Le lundi 14 juillet :

A 5h.30 : Sonnerie des cloches ; salve de 21 coups de canon.

A 8 heures : distribution de pains aux indigents.

A 9 heures : jeux divers sur la Vienne ( mat de cocagne, concours de natation etc.)

A 13h.30 : Bal sous le marché couvert.

A 14 heures, place de la Mayade ; Course en sac ; jeu de la ficelle ; courses à pieds.

A 15h.30, allées de Blossac : Course aux ânes ; courses à bicyclette.

A 16h.30, kermesse, salle des fêtes.

Au cours de la journée, distribution d’insignes au profit des Régions libérées.

Le soir à partir de 21 heures : illuminations générales. Grand feu d’artifice.

Retraite aux flambeaux avec le concours de la Société musicale de Confolens.

Grand bal sous le marché couvert.

 

1919-07-09 - Confolens

Posté par BENOIT-PERISSAT à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2018

Confolens 1901 : Beaucoup trop vite dans la butte.



M.Véron, huissier à Confolens, installé depuis un mois à peine dans notre ville et tout nouvellement marié, a été vendredi matin victime d’un terrible accident.
Il descendait, à huit heures et demie la rue des Buttes, qui est la plus rapide de notre ville, sur une machine malheureusement dépourvue de frein. Il ne tarda pas à être emporté, culbuta une vieille femme et vient s’abîmer sur la façade de la maison de M. Masonnet, notaire.


Relevé aussitôt sans connaissance, le front ouvert les pommettes coupées, le nez à demi-écrasé, il fut transporté chez M. Bergougnioux, pharmacien, qui lui prodigua les soins les plus empressés.


M. le docteur Défaut, appelé en toute hâte, lui fit appliquer des compresses de glace, fit des injections de caféine, mais le malheureux cycliste ne reprit pas connaissance.


Notre correspondant de Confolens nous adresse samedi matin la dépêche suivante :
« M. Veron est mort ce matin samedi à neuf heure ».
Article de "la Charente" du 30/06/1901

 

1901-06-30 - Confolens rue des Buttes

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 février 2018

Confolens et le pain de 48 heures


Le maire de Confolens informe ses concitoyens qu’à partir du 10 février MM. Les boulangers ne devront livrer à leur clientèle que du pain dont la fabrication remontera à 48 heures.
10/02/1918

 

1918-02-10 Confolens b

1918-02-10 Confolens

Posté par BENOIT-PERISSAT à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 novembre 2017

la distribution du Charbon pour les Cantons Nord et Sud de Confolens en novembre 1917

 

Confolens

La distribution de charbon municipal aura lieu mardi, 20 novembre 1917 courant, chez M.Pichery, le matin, de 9 heures à 11 heures, pour le canton Nord, et le soir, de 2 heures à 5 heures pour, le canton Sud.

Le prix du charbon est ainsi fixé : Cardiff, 12 francs les 100 kilos ; boulets, 11 francs les 100 kilos.

Les personnes qui prendront livraison de la marchandise seront tenues de faire l’appoint des sommes à verser et de se munir des toiles nécessaires.

 

article de la Charente du 20/11/1917

1917-11-20 --confolens-rue-saint-bathelemy-tres-animee-hotel-des-piliers

1917-11-20 - -confolens-la-fontorse-fontaine-animee-ed-cassan-1910

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mai 2017

Confolens le prix du " Lait, Or, Pain (Miches et Couronnes)"

Confolens

M. le Maire de Confolens a fait annoncer que l’arrêté de M. le préfet de la Charente, fixant le prix du lait à 25 centimes le litre, était toujours en vigueur.

 

Les versements d’or encaissés par les caisses publiques de l’arrondissement de Confolens, s’élèvent pour la période du 1er mars au 30 avril 1917, à la somme globale de 75.560 fr. Total général au 30 avril 1917 = 1.158.400 fr. 30.

 

Le prix du pain est ainsi fixé à Confolens :

Miches de 1 kilo, 0,fr.50

Couronne de 2 kilos, 0 frs. 90

Couronne de 4 kilos, 1,80.

1917-05-07 Confolens

Article " La Charente" du 07 mai 1917

Posté par BENOIT-PERISSAT à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 avril 2017

Confolens " remise de médailles et frais de casernement".

Confolens

vendredi 20 avril, à 4 heures, devant les jeunes soldats assemblés place de l’Hôtel de ville, M.Le commandant Suchet à procédé à la remise de la médaille militaire aux blessés dont les suivent :

François Rivet, soldat au 63e R.I., Marcel Alliet, sergent au 165e, Pierre Raynaud, sergent au 365e ; Pierre Vial, sergent au 365e, François Baillet, caporal au 365e.

 

La question dite : « frais de casernement », avait provoqué la réunion de noter Conseil municipal mardi 17 avril. La ville qui est gratifiée d’un octroi et qui en même temps possède une garnison est soumise envers l’État à une redevance de 7 francs par hommes et de 3 francs par cheval.

De ce chef, la ville de Confolens est invitée à solder une note de 11.939 fr. 80 centimes en clôture des exercices 1914-1915 et 1916.

Après discussion, le Conseil pense qu’il y a lieu de rechercher un adoucissement à la charge, en demandant au ministère compétent la concession d’un abonnement à taux réduit, comme cela s’est pratiqué à maintes localité.

1917-04-24 Confolens

Posté par BENOIT-PERISSAT à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 janvier 2017

La foire à Confolens du 12/01/1917

Foire de Confolens

A la foire de Confolens du 12 janvier 1917, le marché aux porcs était assez bien garni. Les cours présentant une baisse se sont établis de 115 à 120 francs les 50 kilos.

Au marché aux volailles, on cotait : poulet, 1,25 la livre : Lapins, 1,10 frs ; oies, 1,75 frs ; œuf ; 2.50 frs à 2.75 frs, la douzaine.

 

Article du cri de la Charente 1917.

Posté par BENOIT-PERISSAT à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :