17 avril 2018

Suicide d'un Putéolien

03/04/1911 ( la Charente)

Suicide d’un assassin.

Le dresseur de chevaux Andrault, originaire de Puteaux (Seine), inculpé de l’assassinat du père Caillaud, dit Cadoche, dans le nuit du 25 au 26 février, s’est pendu dans sa cellule, à la Châtre, pendant que le gardien-chef de la prison déjeunait.

Andrault, qui avait fait montre d’une très belle assurance au début et narguait le juge d’instruction, venait d’être serré dans ses derniers retranchements et obligé d’avouer son crime. En revenant de l’instruction, à midi et demi, il avait perdu sa belle assurance et paraissait déprimé.

Quand le gardien-chef, son déjeuner achevé, effectua sa tournée habituelle, il trouva le misérable pendu à la barre de son lit à l’aide de sa cravate.

1911-04-03 - Puteaux Dans la Charente

#puteaux

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 avril 2018

Puteaux " un noyé ligoté et bâillonné"

8 avril 1918

  •  Puteaux

Un noyé ligoté et bâillonné.

Quai National, à Puteaux, hier matin, M.Crété, fils du gérant du bateau-lavoir, retirait de la Seine le corps d’un homme qui, selon toute apparence, n’avait succombé ni à un accident ni à un suicide. Le cadavre, en effet, était bâillonné ; il avait en outre les poignets étroitement liés et fixés avec une lanière de cuir le long de la cuisse gauche.

Prévenu aussitôt, M. Mignonneau, commissaire de police, vint procéder aux constatations, et de cet examen il ressort qu’on se trouve en présence d’un crime.

L’inconnu est un homme d’une quarantaine d’années aux traits rendu méconnaissable par le séjour dans l’eau. Deux semaines d’immersion environ. Il est vêtu de deux pantalons, l’un rayé gris et noir, l’autre en toile bleue ; paletot gris, gilet bleu-marine, cache-col marron, chaussures à lacets usées. Le mouchoir employé comme bâillon a été démarqué de ses lettres.

Transporté à la morgue.

 

1918-04-08 Puteaux et peniches

Posté par BENOIT-PERISSAT à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 mars 2018

Puteaux, 30 coups de couteau

Laennec c

Trente coups de couteau.

A Puteaux, dans une maison de la rue Condorcet, plusieurs ménages voisins vivaient depuis longtemps en mésintelligence. Au cours d’une violente discussion, hier soir, le nommé Paul Lemouton, âgé de cinquante ans, journalier, a été frappé à coups de couteau par le nommé Julien Badon, dix-huit ans, ouvrier fumiste. Lemouton, n’a pas reçu moins de trente blessures à la tête, à la poitrine et dans le dos. Dans un très grave état, il a été transporté à l’hôpital Laënnec.

Son agresseur est au dépôt.

 

Article du 27 mars 1918

#puteaux

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2018

Un indigène mort à Puteaux

Puteaux.

Rue Cartault au cantonnement indigène, on a trouvé mort sur sa couchette le nommé Mohahmed ben Shérifa, âgé de 25 ans, ouvrier à l’arsenal ; Une enquête est ouverte pour établir les causes du décès.

le petit Parisien du 14 javnier 1918

1918-01-14 -puteaux-92-aspect-de-la-rue-cartault-et-des-maisons-a-bon-marche-dans-les-annees-20

Posté par BENOIT-PERISSAT à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 décembre 2017

Histoire des rues de Puteaux // Rue Agathe et rue Gérhard

Rue Agathe

Cette rue a trouvé son origine dans le nom d’une fille de Monsieur Pitois, ancien maire de Puteaux de 1840 à 1847.

Voie ouverte en 1860, sur un terrain appartenant au père d’Agathe Pitois, en bordure de la Plaine Vineuse. On peut lire dans « La Baronne rentre à cinq heures » de Nadine de Rothschild :

« Toujours les petites rues aux pavés disjoints, les maisons basses aux façades lépreuses ; au 6 de la rue Agathe, « ma » maison, et toujours le linge aux fenêtres. Dans le boyau qui mène à la cour, la peinture est un peu plus écaillée, les boîtes à lettres un peu déglinguées. Au retour de l’école, je jetais mon cartable pour retrouver au plus vite mon fief , mon somptueux royaume, que délimitaient les deux extrémités de la rue Agathe ».

La rue Agathe était vue comme le paradis des enfants. Au retour de l’école, elle devenait un très beau terrain de jeu.

 

rue Gérhard

Ancienne sente qui menait au cimetière ouvert en 1785, sur les terrains de la Plaine vineuse. On pouvait y voir il y a quelques années encore, l’un des piliers d’accès. Ce cimetière remplaçait celui qui, depuis l’origine de l’église de Puteaux, était situé sur son côté sud-est.

Transformée en 1850 en une rue joignant la rue Agathe au boulevard du Chemin de Fer (boulevard Richard Wallace), elle fut prolongée jusqu’à la rue Parmentier à la droite des travaux de fonction du deuxième tronçon de cette dernière rue à la rue de Neuilly.

C’est dans cette rue Gérhard que fut installé le Casino, première salle de spectacles de Puteaux.

 

2017-12-15-puteaux-rue-gerhard[1]

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


07 juillet 2017

Puteaux : une femme poignardée sur Auguste Blanche

Une femme poignardée

Rue Auguste-Blanche, hier matin, à Puteaux, au cours d’une scène de jalousie, un ouvrier mobilisé à l’arsenal, Louis Granroc, âgé de 32 ans, a frappé sa femme, Marie, 29 ans, de huit coups de couteau dans le dos.

Le meurtrier a été mis à la disposition de la justice militaire. La victime, dont l’état est grave, a été transportée à l’hôpital Laënnec.

1917-07-07 coup de couteau rue auguste blanche

le petit parisien du 07/07/1917

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Puteaux : incendie rue Ampère à l'usine Charron

Fait Divers à Puteaux

Incendie
La nuit dernière le feu a éclaté accidentellement, rue Ampère, à l’usine Charron, de Puteaux. D’un tas de chiffons les flammes s’étendirent rapidement et une partie du bâtiment, cinq cents magnétos, près de quatre cents moteurs furent complètement détruits. Il n’y a pas eu, heureusement, d’accident de personnes.

1917-07-07 incendie chez Charron

le petit parisien du 07/07/1917

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juin 2017

Le feu à l’Arsenal de Puteaux

Dimanche 24 juin 1917

 

Puteaux

Le feu à l’Arsenal de Puteaux

Hier après-midi, vers quatre heures, le bruit se répandait, à Puteaux, qu’un grave accident venait de se produire à l’arsenal.

L’émoi fut grand dans la ville, d’autant que, très visibles sur le fond du ciel, d’insolites fumées s’élevaient de plusieurs bâtiments situés près du Mont-Valérien. Mais l’alerte, heureusement, dura peu et les choses se réduisent à ceci :

Le feu avait éclaté dans des annexes de l’arsenal, contenant des caisses de cartouches, mais, en mois d’une heure, le foyer avait pu être circonscrit.

Trois petits ateliers ont été détruits, mais aucun accident de personne n’est à déplorer.

Dès l’annonce de l’accident, le sous-secrétaire d’État des Fabrications s’était rendu sur les lieux. (le petit-parisien).

1917-06-24 -puteaux-bords-de-seine-le-touriste-l-arsenal

1917-06-24 - Puteaux armement

Posté par BENOIT-PERISSAT à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 juin 2017

triple noyade à Puteaux.

triple noyade à Puteaux.

22/06/1917

Au cours d’une baignade, avant hier soir, à Puteaux, quai National, trois ouvriers marocains, Ancre ben Nerdi, Amed ben Ali et Ben Aour Alla ben Lardi, demeurant tous trois rue Voltaire commirent l’imprudence, quoique ne sachant pas nager, de s’aventurer un peu loin du bord. Aussitôt entraînés par le courant, ils disparurent sous une arche du pont. Malgré la rapidité des secours, ils se sont tous noyés. Le cadavre de l’un d’eux a été repêché dans la matinée. ( Le petit-parisien)

1917-06-22 placé dans il y a 1 siècle

Posté par BENOIT-PERISSAT à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2017

Puteaux, Les boys-scouts vont cultiver les pommes de terre.

Samedi 17 mars 1917

 

Puteaux

Les boys-scouts vont cultiver les pommes de terre.

Le ministère de l’Agriculture vient de mettre à la disposition des Éclaireurs unionistes de France (Boys-Scouts) 25.000 mètres carrés de terrain dans l’Île de Puteaux.

Demain Dimanche, ces jeunes gens recevront, au Palais de glace, des outils de jardinage ; puis, en cortège, ils se rendront à ce terrain par les Champs-Elysées et les avenues de la Grande-Armées et de Neuilly.

A leur arrivée, on procédera à la distribution du terrain entre les « troupes » des Batignolles, Saint-Ouest, Neuilly, Auteuil, Passy et Levallois. Ces 200 boys-scouts y cultiveront la pomme de terre.

Déjà on laboure le terrain, avec le concours de soldats et de chevaux du 230e de ligne.

Boy_scouts_au_travail_à_[

Boy_scouts_au_travail_Puteaux_[

Les_boy_scouts_parisiens_cultivent_[

Les_boy_scouts_parisiens_cultivent_[

 

 Les boys scout parisiens cultivent le terrain mis à leur disposition par le Ministère de l’agriculture dans l’Ile de Puteaux ( photographies de presse agence Roll)

Posté par BENOIT-PERISSAT à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,