25 septembre 2014

Lavaud Amédée de Maurpévoir & Louis Vergnaud d'Availles-Limousine

25 septembre 1914

17e Division ( 33 et 34e brigade d'infanterie)

 

La division reçoit l'ordre d'attaquer à 14 heures dans la direction de Mont-Haut, Mt Carmelet. Son premier objectif est la première ligne de tranchées ennemies fortement organisées en fortification semi-permanente avec couloirs permettant d'évacuer les positions de combat sous le feu de l'artillerie, flanquées par des mitrailleuses qui permet d'écharpé en fer à cheval les colonnes d'attaque. L'attaque est préparés par l'artillerie qui pousse des sections accompagnant les fractions d'infanterie.

 

A l'aile gauche le 90 enlève à 13h. la 1er ligne des tranchées allemandes, à l'aile droite le 77e à le même succès le 68 et le 135e sont fixés au sol par le feu continu des tranchées ou mitrailleuse et un feu d'écharpe d'artillerie.

 

Par une attaque de nuit à 21 h, le 68 parvient à enlever lui aussi la 1re ligne de tranchées, le Colonel Goureau commandant le 68e et dirigeant lui-même l'attaque à la mâchoire fracassée, le Commandant Bardelet a la cuisse traversée. Le Général commandant le 9e C.A. félicite la Division pour le courage et l’énergie dont elle a fait preuve. Nos pertes s'élèvent à 400 hommes, hors de combat. Lt-Colonel Goureau du 68 blessé.

ce jour là à Thuisy,  Amédée LAVAUX, natif de Mauprévoir dans la Vienne perd la vie, il avait à peine 22 ans.

JMO de la 17e DIVISION sep 1914 - archives_SHDGR__GR_26_N_298__001__0023__T

 

125e R.I.

 

matinée normales.

 

14h. Ordre est donné de pousser une attaque générale coûte que coûte.

 

Le 125e pousse aux deux saillants de la ligne une section pour tâcher de prendre pied sur une partie de la ligne allemande. Des deux sections ne peuvent faire 50 mètres en dehors des tranchées. Elles sont arrêtées par un tir précis des tranchées allemandes.

 

Cet essai de sortie coûte au régiment 12 morts et 23 blessés.

 

 

 

Ce jour là Louis VERGNAUD (né à Availles-Limousine en 1880), sera blessé à la cuisse droite par éclats d'obus à Baconne (51). Louis sera évacué sur Poitiers, il ne reviendra que le 03 novembre 14.


18 août 2014

Cantonnement du 18 août 1914.

18 août 1914

 

325e R.I.

L'Etat-Major, la C.H.R. et le 6e Bataillon quittent Pulnoy à 10:15 H, le 5e Btn quitte Seichamps à la même heure et le Régiment va cantonner à Marbache où il arrive à 17 H ( 23e cie de jour).

 

229e R.I.

1 heure du matin. Ordre de marche n°4 Gérardmer.

I – Le régiment formant l'avant-garde de la 58e Division se portera le matin sur Saint Léonard par Le Pergis - Col du Surceneux – Sachemont - Clefcy.

II – Point initial – Le Pergis

III – Heure de passage au point initial

Pointe ½ Cie précédée des éclaireurs montés; 05:35 heures

Tête sous les ordre du Cdt du 5e Btn, une Cie et demi ; 05:40 heures

Gros sous les ordres du Cdt du 6e Btn

2 Cies du 5e Btn ; 05:50 heures

6e Btn ; 06:30 heures.

Nota. La distance du centre de cantonnement au point initial représente une heure de marche plus dix minutes de halte horaire.

IV – Convoi – répartition habituelle avec une section en arrière des dernières voiture. Ravitaillement en viande Longemer 9 heures

Ravitaillement quotidien gare de Gérardmer 8 heures.

Marche exécuté sans fatigue.

 

Ordre de Stationnement.

Le régiment en entier cantonne à Plainfaing.

Logement Colonel et État Major chez Mr Geleot

Poste de police à coté de la mairie.

Chaque compagnie prendra ses deux voitures dans son cantonnement.

Le parc sera formé devant le logement du Colonel.

Distribution à 16:00 sur la place de la mairie.

On appliquera les instructions antérieurs sur la garde des issues. La demi-section au cantonnement d'alerte sera portée à 1 section pour toutes les unités ayant la garde d'une issue.

Les chefs de section coucheront avec leurs hommes.

Chaque chef de bataillon réunira auprès de lui les agents de liaison des Cies et détachera auprès du Colonel un cycliste connaissant bien son logement.

Le service de liaison sera constitué à partir de 13:30 heures et fonctionnera jusqu'au départ.

 

 134e R.I.

La 16e division continue son mouvement en avant vers Barchain, Kerprich aux Bois, 56e infanterie, avant-garde, 134e au gros de la colonne. Halte gardé en formation articulée au bois du Hussard. Les 1re et 2e cie du régiment détaché à Blamont rentrent. Le soir cantonnement à Diane Capelle, 1er bataillon avant postes 1re cie de liaison entre avant poste et régiment.

 

125e R.I.

Le régiment doit couvrir le rassemblement de la 17e division

1 Bon, couvre le front Bioncourt – Gremecey et Gremecey – Chambrey

1Bon en réserve à Pettoncourt.

6h. départ de Mascrulle.

8h30- arrivée au Pont de Pettoncourt

A ce moment, on entend une violente canonnade dans la direction de Château-Salins – Vic -Moyen-Vic.

9h. arrivée sur les positions en territoire annexé, indiqués plus haut.

Habitants de Pettoncourt, signalés comme hostiles. Armes confisquées et réunies à la mairie. Deux listes d'otage sont demandées, l'une au maire, l'autre au curé. Ces listes fondues donnent les noms de ceux qui répondront de la tranquillité du village.

Les rues sont interdites à la circulation à partir de 19h.30 par avis annoncé à son de caisse.

Nuit calme, pas d’incidents.

 

115e R.I.

Vers 4 h. le régiment quitte ses cantonnements et fait mouvement avec le reste de la division qui se porte en avant vers le Nord Damvillers, Peuvillers, Vittarville.

Le régiment marche au gros de la colonne derrière l'A.D.8 et avant la 15e brigade. Il arrive vers 8h.30 près du début où il doit cantonner ; il prend une formation de rassemblement près de la lisière Ouest, en attendant de pourvoir pénétrer dans ce village où il n'entre que vers midi 1/2 quand il a été évacué par le bataillon du 120, qui l'occupait précédemment.

 

3e R.I.C.

Le capitaine Royer, Adjudant-Major au 2e bataillon, entre à l’hôpital de Stenay.

Suivant l'ordre d'opération n°8 de la 3e Division du 17 août, le régiment quitte Baâlon à 6 heures.

Ordre de marche : 1er, 3e et 2e Bton.

Il va cantonner à Chauvency St Hubert avec le 7e régiment d'infanterie coloniale et 3e régiment de chasseurs d’Afrique.

Vers 7h.20 au Nord-Ouest de Chanvency-le-Château, on entends vers le N.E. Une vive fusillade. On tire sur un aéroplane.

A 7h.45 arrivée à Chauvency-Saint-Hubert. Le régiment se forme dans une prairie et sur la route en attendant que soit prêt le cantonnement retardé par l'occupation du village par le 3e chasseurs d'Afrique.

A 9H;20 l'installation au cantonnement est achevée. Au point de vue de la protection de Chauvency-St-Hubert le régiment est chargé de barrer toutes les issus partant de Chauvency-Saint-Hubert depuis la toute de Chauvency à Thonne-le-Thilexclus jusqu'à, en passant par le sud, la route à un trait de Chauvency-St-Hubert à Brives exclus.

 

Le régiment établi ensuite deux postes de surveillance l'un prés de l'embranchement des routes situé à 100 m au N du ponts sur la Chierspour surveiller les routes de Lamouilly et de Brouennes, l'autre vers l'embranchement de la route de scierie avec la route de Chauvency-le-Château pour surveiller les routes de Chauvency-le-Château et de Thonne-les-Prèset le ravin de Bouillon.

Ravitaillement en viande : Baâlon

Gare de ravitaillement gare de Dun Doulcon

Évacuation : gare de Dun Doulcon

Évacuation : 3 militaires dont 1 de l'active, 2 de la réserve.

 

107e R.I.

Le Régiment séjourne à Olisy sur Chiers; les unités exécutent dans la matinée des exercices de combat;

Ravitaillement en viande : à Oligny, à 14 heures.

Ravitaillement en vivre : à Stenay,à 13 heures.

 

Carte des cantonnements du 115e, 107e et le 3e R.I.C.
Le 18 août 1914 - Département de la Meuse.

Meuse pour le 107e RI ,115e R

 

 

15 août 2014

229e R.I., 325e R.I., 107e R.I.,134e R.I., 115e R.I., 125e R.I., 3e R.I.C, où sont-ils ce jour.

15 août 1914

229e R.I.

Marche sur Plombière

Ordre de mouvement n°1 - Le régiment se portera cette nuit sur Plombière où il devra le 15 août avant 8h du matin.

Ordre de mouvement n°2 - Le régiment va se porter immédiatement entre Sapois et Menaurupt par Remiremont, St Etienne, St Amé.

Ravitaillement du train régimentaire Plombières. Ravitaillement en viande Remiremont 8 heures.

Marche pénible en raison de la longueur et de la température.

 

325e R.I.

Le Régiment part de Maxeville à 5 H et se porte à Seichamps où il est établi en formations articulées à droite et à gauche de la route.

Une Compagnie la 17e est en soutien de l'artillerie à Laneuvelotte ( 24e cie de jour).

 

107e R.I.

Le régiment à la queue du gros de la 23e Division, a quitté ses cantonnements de la veille pour se porter dans l'ordre 3e, 1er, 2e Btn, dans la direction de Mouzay par Dun sur Meuse, la tête du régiment passant au P.I du régiment (Aicreville) à 05:15. La marche s'est effectué sans autre incident que l'apparition à Dun sur Meuse d'un avion Allemand, vers 9:30 heures, sur lequel la 2e section de Mitrailleuses a tiré sans résultat appréciable. Le régiment à ensuite pris son cantonnement : 1er et 5e Btn à Milly devant Dun vers 10:30, 2e Btn, E.M du régiment à Dun sur Meuse vers 10 heures avec le groupe de l'ambulance, les états majors de la brigade, de la division et du corps d'armée.

Ravitaillement en viande, centre de livraison, bifurcation des routes 1 km N.O de Milly devant Dun (seize heures).

Ravitaillement en vivres, par C.V auto, au centre de ravitaillement de Doulcon (quinze heures).

Le régiment a reçu à 2 heures à Aincreville les voitures, à l'exception d'une voiture à munitions, renvoyé à l'arrière pour remplacé celles détruites dans le tamponnement de Brienne.

Le régiment évacue quatre éclopés sur le dépôt d'éclopés de Doulcon.

 

134e R.I.

Vers 2 heures, éclat une vive fusillade qui semble peu lointaine : le régiment prend les armes ; la fusillade cesse c'était, parait-il, un attaque de nuit des français sur Blamont.

La brigade avec 1 groupe du 48e d'Artillerie (2e groupe) devient réserve d'armée à la disposition du général Dubail, commandant la 1re armée.

Départ à 5 heures pour le bois Bonal, le 56e en tête, puis pour la partie E.O. Herbeviller ou le trouve le 2e groupe.

Mission de la brigade : se relier au 16e corps qui marche, sa droite sur Igney, on cherche à gagner l'objectif Ibigny – Hattigny.

En avant se trouve la 30e brigade.

Le régiment est au cantonnement, bivouac à Autrepierre où il arrive à 20h.30 trempé.

 

115e R.I.

Le régiment conserve la même situation et les mêmes emplacements à Romagne. Le sous-Lieutenant de Réserve Louis Alexandre MARTIN, natif de La-Chapelle-Bâton (86-Vienne) se trouve à la 9e cie au 3e Bataillon.

 

125e R.I. 

6h. 2 avions allemands survolent les frontières françaises. Ils sont accueillis sans effet par des feux de mousqueterie.

Pas d'incident dans la journée. 19:45 – réception d'un ordre prescrivant de surveiller la Seille de Bey à Brin.

Dans la soirée le régiment reçoit l'ordre d'appuyer à droite.

3e Bon à Brin

2e Bon cote 267 ferme Ramon four à chaux ferme de bois le comte.

1er Bon C.H.R ; Mazerolles

Départ de brin à 22h. Au cours de la marche des projecteurs ennemis de de la foret de Gremecy fouillent l'horizon sans nous atteindre.

Arrivée à Mazerolles à 0h.15 ( 16 aout).

3e R.I.C.

La 3e division se porte vers le nord dans la région de Liny-devant-Dun, Vilosnes-sur-meuse, Dannevoux et Septsarges.

Le 3e régiment marche dans le gros de la colonne après le 2e régiment et précède les 2 groupes d'artillerie divisionnaire qui en font partie.

Ordre de marche du régiment, 1re, 3e et 2e bataillons P.I. Embranchement des chemins Rampont - Dombasle et Blerecourt - Dombasle

Le 1er bataillon y passe à 2h, le 2e à 2h10.

Septsarges 3e RIC

 

13 août 2014

125 RI, 107e RI, 229e R.I. 325e R.I. où sont-ils ce 13 août 1914

13 août 1914

 

125e R.I. ( Poitiers)

jeudi 06:30 – au bivouac- on entend la fusillade au loin vers la droite. Le 26e s'établit vers Champenoux. Le corps occupe en poste avancés Alincourt, Bioncourt, Attilloncourt.

12 heures, un capitaine du génie, 17e Division apporte un ordre du commandement d'avoir à évacuer la rive droite de la Seille pour 20 h et de préparer la destruction des ponts de Brin-Bioncourt-Bey-Alimourt.

14 heures, arrivé du 1 blessé (9e cie) place en sentinelle à la sorti N.E. de Bioncourt, attaqué par 3 cavaliers allemands manœuvrant à pieds et venant de la ferme de rhin de bois (3 km N.de Bioncourt)

L'ordre de faire sauter les ponts est annulé, 18 heures.

 

107e R.I. (Angoulême)

Sur un ordre du 12 août 22 heures, reçu du Colonel Commandant la 46e Brigade, une colonne constituée par les 2e et 3e Btn du 107e un Btn du 138e le groupe de brancardier divisionnaire, l'ambulance n°2, sous les ordre du Colonel Jacquot Ct le 107e s'est dirigée sur Varennes par le Four de Paris, départ de Varennes à 4:30. Avant d'arriver à Varennes, l'ordre de stationnement communiqué par la 46e brigade fessait les cantonnements suivant pour la journée du 13 aout :

1 Btn qui a cessé son rôle de garde au parc d'aviation à Neuvilly.

1 Btn ( le 3e ) et l'Etat Major du régiment à Varennes, où sont aussi le QG du 12e CA, le QG 23e DI et l'EM 46e Brigade.

1 Btn ( le 2e), le groupe de brancardier et l'ambulance n°2 à Boureuilles. La marche s'est effectué sans incident et la rentrée dans le cantonnement de Varennes à eu lieu à 10 heures.

Le ravitaillement en vivre à eu lieu de 10 h à 12 h à Clermont. Le ravitaillement en viande a eu lieu à Varennes à 16 heures. Aucune difficulté pour ces opérations.

Le corps est informé que les voitures réglementaires destinées à remplacer celles mises hors service par le tamponnement de Brienne, arrivent à 12 h à la gare de Sainte-Menéhould. L'officier d'approvisionnement part les chercher.

 

229e R.I.

RAS - Repos les 13 et 14 août.

 

325e R.I.

Arrivé à Nancy :
Premier échelon 9 h.
Deuxième échelon 16 h.

Le Régiment est constitué à Maxeville

18e Cie de jour.

 

cantonnement 1914

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 août 2014

68e RIT, 125e R.I. ; 107e R.I.; 229e R.I. où sont-ils ce 12 aout 1914/

12 août 1914

 

Le 68e R.I.T. est parti.

Le dernier bataillon du 68e régiment territorial a quitté Poitiers ce matin.

Le rassemblement eut lieu un peu avant six heures sur la place d'Armes.

M. le colonel de Castries a prononcé une allocution toute vibrante de patriotisme qui a soulevé de nombreux vivats et de frénétiques acclamations.

Nos braves territoriaux étaient couvert de fleurs et de rubans tricolores. La population poitevine, qui pur une fois fut matinale, leur fit une triomphale escorte jusque dans les rues basses.

Au son du clairon et du tambour, le 1er bataillon et l'état major du régiment se rendirent gaiement aux Sables où ils embarquèrent pour la région Parisienne.

 

125e R.I.

Le Régiment se rassemble en attendant les ordres à 6 heures.

7H,30 -un avion allemand évolue au dessus de Buxières aux Dames.

8 h. passage à Buxières du 290e (70e Division de réserve)

9h. - Ordre au régiment de rentrer dans ses cantonnements en se tenant prêt à prendre les armes au 1er signal.

9h.30 – ordre de se porter en avant dans la direction de Brin.

Le 9e C.A. Forme la couverture d'un front d'attaque de la 2e armée ( entre la Moselle, Mont Ste Genveviève et Moncel exclus).

9e – 10e – 11e cies couvrent le front Bey – Bioncourt

1re – 4e couvrent Brin et station de Brin

2e – 3e- 12e CHR cote 250 au Bivouac dans la forêt de Champenoux

2e bataillon à Culmont à la disposition de la 34e Brigade.

Le régiment est en 1ere ligne et remplace le 69e qui appui à la droite du 9e Corps, vers Moncel ( point de jonction).

 

107e R.I.

le régiment stationne à Lachalade. Exercices de combat dans la matinée, par compagnie. Ravitaillement en vivre aux Islettes, à partir de 09:30.

 

229e R.I.

Le 6e bataillon se rend dans ses cantonnements de Francalmont, 2 compagnies et l'État-major du bataillon et Ainvelle, deux compagnies. Il est installé vers 9h30.

La journée est employé aux travaux d'installation et d'organisation.

De 18 à 20 heures marche d'entrainement et exercices d'avant postes pour tout le régiment.

Posté par BENOIT-PERISSAT à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 août 2014

Oradour Fanais - le 125e sur la place d'armes à Poitiers

5 août 1914

 

Oradour-Fanais (instituteur M Taillet)

Depuis l'ordre de mobilisation, ceux qui doivent partir dans les premiers jours, ne travaillent plus. Ils se rendent au bourg, forment des groupes, s’inquiètent des nouvelles. Tous se promettent de faire leur devoir. Nombreux sont ceux qui disent qu'il faut aller à Berlin.

Quelques-uns, tourmentés de laisser leur famille, versent des larmes. D'autres se promettent de faire payer chez aux Allemands leur départ.

 

125e R.I.

Le régiment est prêt à s'embarquer à 11 h rassemblement du 1er élément sur la place d'armes.

 

le 125e RI le 05-08-1914 place d'armes

Embarquement à grand-Pont à 14:43.

 

Embarquement du 2e élément ( 2e Bon et 1 section de mitrailleuse à à Lessart à 19:02 heures.

 

 

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,