10 novembre 2016

Charroux l'échafaudage de la tour s'écroule

Charroux

Une sorte de cyclone, pendant l'orage qu'il a fait la nuit de mardi à mercredi, a fait s'écrouler une parties des échafaudages de la tour de Charroux. Il n'en est résulté aucun dommage sérieux.

M. l'Architecte des Monuments historiques prend immédiatement les mesures que demande la situation.

1916-11-10 Charroux la tour

Le journal de la Vienne du 10/11/1916

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


20 mars 2015

Accident à Charroux

19/03/1915 ( L'avenir de la Vienne)

Charroux.

Accident - Dimanche 14 courant, vers 3 heures de l'après-midi, une automobile conduite par un tout jeune homme, accompagné de 2 autres personnes paraissant très jeunes, traversait la ville de Charroux à une folle allure sans se préoccuper des accidents qui pourraient arriver. Vers la gare de Charroux, M.Champaloup, le sympathique percepteur, se promenait avec sa famille ; devant lui, son jeune fils allait a bicyclette pris le coté de la roue pour se préserver mais l'auto fonçait sur lui et le renversait. Relevé aussitôt par ses parents, la victime se plaignait de violentes douleurs internes. L'auto cause volontaire de cet accident, continuait à filer à toute allure. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie de Charroux, souhaitons qu'elle découvre au plus tôt les noms de ces trois jeunes énergumènes.

1915-03-20 Charroux

Posté par BENOIT-PERISSAT à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juillet 2014

Canton de Charroux - Foire de Joussé avancé.

L'avenir de la Vienne du 25 juillet 1914

Foire.

Le public est informé que la foire de Joussé du mois d'août tombant cette année le même jour que la foire de Charroux de la Saint-Laurent (10 août) la dite foire de Joussé est avancée au lundi 3 août.

1914-07-25 joussé

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 février 2013

Arrondissement de Civray, élection légistative 1893

La Semaine du 27/08/1893

Élection législative du 20/08/1893

Arrondissement de Civray ( et uniquement les deux cantons des mes ancêtres)

Canton d'Availles-Limousine

 

Brouillet

Salmon

Merceron

Serph

Availles.Limousine

61

328

24

125

Mauprévoir

44

94

18

172

Pressac

76

72

43

99

St-Martin-l'Ars

35

94

13

116

 

Canton de Charroux

 

Brouillet

Salmon

Merceron

Serph

Charroux

243

9

5

204

Asnois

85

5

0

45

Ch-Bâton

114

14

12

95

Chatain

173

21

1

29

Genouillé

91

6

2

235

Joussé

42

33

3

49

Payroux

75

19

8

118

St-Romain

188

11

24

75

Surin

65

2

0

46

 

Résultats par Canton de l'Arrondissement de Civray

 

Brouillet

Salmon

Merceron

Serph

Canton Availles

216

588

98

512

Canton Charroux

1076

120

55

896

Canton Civray

780

474

161

1598

Canton Couhé

445

481

588

1463

Canton Gençay

453

679

1093

937

 

2970

2342

1995

5406

Il y a ballotage. Aux élections de 1889, M. Serph avait été élu sans concurrent avec 7189 suffrages.

-------------------

 

La Semaine du 03/09/1893

 Candidat à la Députation.

 A M. Serph

Monsieur,

Si nous avons bonne mémoire, vous vous présentiez à la députation, en 1863 comme candidat Indépendant.
Les Indépendants étaient alors considérés comme peu favorables à l'Empire, et la médiocre sympathie que vous laissiez voir à cette époque pour la dynastie Napoléonienne vous avait valu quelques voix républicaines.

Vous nous apprenez, dans l’autobiographie si pleine de modestie qui accompagne votre portrait, «  que votre candidature avait été surtout une protestation contre l'administration scandaleuse de l'arrondissement de Civray. » Nous avions eu la naïveté de croire que c'était plutôt contre le régime impérial, pour lequel vous réservez aujourd'hui toute votre indulgence. Nous étions d'autant plus autorisé à avoir cette pensée que nous vous avons vu en 1871 voter la déchéance de la dynastie Napoléonienne.

Mais vous n'aviez brisé qu'en apparence avec les Bonapartistes : vous avez trouvé chez eux de trop chauds partisans pour ne pas leur avoir donné quelques gages de fidélité.

On se demande cependant si vous êtes bien impérialiste, quand on voit figurer, au scrutin de liste, votre nom à coté de celui des chefs du parti orléaniste ou monarchiste ; Aux d'Orléans en effet vous n'avez pas épargné les preuves de dévouement : vous leur avez octroyé, sans hésiter, au début de votre carrière parlementaire, les millions qu'ils ont arrachés à la France, qui se saignait à blanc pour payer la rançon de l'année terrible. Dans aucune occasion, dans aucune circonstance, vous ne leur avez ménagé votre appui.

Quel est donc votre parti ? On l'ignore ;

Mais ce que nous savons d'une façon positive, c'est que vous êtes absolument hostile à la République.

Vous n'avez jamais manqué de vous liguer avec ses ennemis pour la renverser.

Vous faites grand bruit de votre dévouement, de votre amour immense pour les travailleurs, l'agriculture etc. et vous n'avez jamais hésité à sacrifier leur intérêt lorsqu'il s'est agi, par vos votes, de faire naître des crises parlementaires, d'amener des chutes de ministères qui vous donnaient à vous et à vos alliés l'espoir d'une restauration quelconque. Faut-il rappeler le rôle que vos partis ( car vous êtes peut-être orléane-bonarpartiste) ont joué dans le boulangisme ?

Pendant 23 ans, vous avez fait une opposition systématique, vous n'avez su que créer des difficultés à la Chambre, et c'est lorsque nous voyons le danger de toutes ces divisions, lorsque nous éprouvons le besoin d'avoir une Chambre unie d'idées, d'opinions, qui aura le calme nécessaire pour préparer et résoudre ces grandes questions sociales concernant la classe laborieuse que vous venez nous demander de renouveler votre mandat !

Afin sans doute, «  toujours par amour du pays » de faire naître encore au sein du parlement ces luttes stériles qui n'ont d'autre effet que de ruiner note industrie, notre commerce.

Non, Monsieur Serph, tout en rendant un juste hommage à votre honnêteté, à votre probité, nous ne voterons par pour vous le 3 septembre prochain.

Le passé nous a suffisamment éclairés. Nous voulons un républicain sincère. Nous ne pouvons donc penser à vous, car nous ne savons même pas quel est votre parti. Le rôle que vous avez joué à la Chambre, quel-qu’effacé qu'il soit, est , permettez moi de vous le dire, celui d'un révolutionnaire.

Et sans être un conservateur comme vous, nous avons horreur des révolutions.

Nous voterons tous pour M. René Brouillet, parce que nous savons que républicain aussi sincère que convaincu, il contribuera, dans le nouveau parlement, à constituer une majorité assez forte, assez compacte, pour élaborer ces lois que nous attendons et que nous vous avons vainement demandées : la réglementation du travail, la caisse des retraites pour les travailleurs, la répartition plus équitable de l’impôt, etc. etc.

en votant pour M. Brouillet, nous suivrons votre conseil, notre pays désabusé vous rendra à la vie privée et n'enverra à la Chambre que des députés résolus à soutenir la République, et à travailler résolument au bonheur et à la prospérité de la France.

Vive la République et vive M. Brouillet ! Un vieux Républicain.

 

La Semaine du 10/09/1893

 Le scrutin du Ballotage en gris le 1er tour

 

 

Brouillet

Serph

Brouillet

Serph

Canton Availles

216

512

749

512

Canton Charroux

1076

896

1144

943

Canton Civray

780

1598

1430

1621

Canton Couhé

445

1463

1282

1590

Canton Gençay

453

937

1322

1506

 

2970

5406

5927

6172

 Nous sommes vainqueur à Loudun, mais à Civray nous subissons un échec qui pourrait avoir de très graves conséquences pour le parti républicain.

A 250 voix de majorité, M. Serph est réélu où il y a quinze jour nous réunissions une majorité de 1900 voix !

Il n'y a pas trente-six façon d'apprécier ce résultat : c'est une honte.

Des gens se disant républicain ont préféré voter pour le candidat monarchiste, plutôt que de voir entrer à la Chambre l'honorable M.Brouillet.

Oui c'est une honte pour cet arrondissement de Civray

Il ne nous appartient pas de faite ici la part des responsabilités.

Le public, dans son gros bon sens, saura les établir et châtier, comme ils le méritent, tous ceux qui, par indifférence ou.... autrement, ont entrainé l'échec de notre candidat.

Nous n'insisteront donc pas davantage sur ce piteux résultat. Il nous répugne de faire des personnalités et, après avoir assuré M. René Brouillet de toute notre sympathie, nous passerons immédiatement à Loudun qui a donné hier à Civray une bien dure leçon.

 

Résultats par commune

Canton d'Availles Limousine : en gris le 1er tour

 

Brouillet

Serph

Brouillet

Serph

Availles -Limousine

61

125

362

113

Mauprévoir

44

172

120

170

Pressac

76

99

180

99

St-Martin-l'Ars

35

116

87

130

 

 

 

749

512

Canton de Charroux en gris le 1er tour

 

Brouillet

Serph

Brouillet

Serph

Charroux

243

204

245

208

Asnois

85

45

79

57

Ch-Bâton

114

95

127

97

Châtain

173

29

173

33

Genouillé

91

235

96

238

Joussé

42

49

62

61

Payroux

75

118

84

123

St-Romain

188

75

206

88

Surin

65

46

72

38

 

 

 

1144

943

-----------------------------

 

SERPH Gusman- MarcSERPH Gusman-Marc, homme politique Français, ° le 12/07/1820 à Civray (Vienne), + le 26/03/1902 à Savigné (Vienne)

 

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

 

  • 08/02/1871 - 07/03/1876 : Vienne - Centre droit

    20/02/1876 - 25/06/1877 : Vienne - Centre droit

    14/10/1877 - 27/10/1881 : Vienne - Centre droit

    21/08/1881 - 09/11/1885 : Vienne - Union des Droites (2 juillet 1882)

    04/10/1885 - 11/11/1889 : Vienne - Union des Droites

    22/09/1889 - 14/10/1893 : Vienne - Union des Droites

    03/09/1893 - 31/05/1898 : Vienne - Union des Droites

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

représentant on 1871, député de 1876 à 1889, né à Civray (Vienne) le 12 juillet 1820, fils d'un ancien préfet, fut, à 24 ans, chef de cabinet du préfet M. d'Imbert de Mazères, et fut attaché à la préfecture de la Corse de 1849 à 1851. Rentré dans la vie privée en 1852, après le coup d'Etat, il s'occupa principalement d'agriculture et mérita de nombreuses récompenses aux expositions régionales. Président du comice agricole de la Vienne, conseiller général de la Vienne, et d'opinions orléanistes, il échoua comme candidat indépendant au Corps législatif dans la 3e circonscription de la Vienne, le 1er juin 1863, avec 6,631 voix contre 10,775 à l'élu, M. Bourlon, candidat officiel. Elu, le 8 février 1571, représentant de la Vienne à l'Assemblée nationale, le 3e sur 6, par 56,506 voix (62,819 votants, 95,858 inscrits), il prit place au centre droit, et vota avec la majorité, pour la paix, pour l'abrogation des lois d'exil, pour la pétition des évêques, contre le service de trois ans, pour la démission de Thiers, pour le ministère de Broglie, contre l'amendement Wallon, pour les lois constitutionnelles. Réélu, le 20 février 1876, comme candidat du « Comité national conservateur », député de l'arrondissement de Civray, par 6,718 voix (10,800 votants, 13,914 inscrits), contre 3,984 à M. Couteaux, républicain, grâce à l'appui du parti bonapartiste auquel il promit 1 appel au peuple en 1880, il prit de nouveau place à droite, et, au 16 mai, soutint le ministère de Broglie contre les 363. Réélu, le 14 octobre 1877, par 7,517 voix (11,163 votants, 14,224 inscrits), contre 3,584 à M. Couteaux, il fut, en décembre 1879, l'un des fondateurs du groupe constitutionnel auquel la mort du prince impérial donna pendant quelque temps une certaine importance; il était alors vice-président du conseil général de la Vienne. Réélu de nouveau, le 21 août 1881, par 6,192 voix (12,039 votants, 14,917 inscrits), contre 5,769 à M. Merceron, il fut invalidé et dut se représenter devant ses électeurs qui le renommèrent député, le 2 juillet 1882, par 6,988 voix (12,564 votants, 15,320 inscrits), contre 5,520 à M. Merceron. Il continua de siéger à droite, et de combattre par ses votes la poli tique scolaire et coloniale des ministères républicains. Porté sur la liste conservatrice de la Vienne, le 4 octobre 1885, il fut réélu, le 1er sur 5, par 42,962 voix (80,919 votants, 101,883 inscrits), continua de voter avec la minorité de droite, et, dans la dernière session, s'abstint sur le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889), et se prononça pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution, contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes, contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, contre les poursuites contre le général Boulanger.

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Représentant de la Vienne en 1871. Député de la Vienne de 1876 à 1898. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. V, p. 305.)
Gusman Serph fut élu. à nouveau député de la Vienne, dans la circonscription de Civray, le 22 septembre 1889, au premier tour de scrutin, avec 7.189 voix sur 15.403 inscrits et 10.082 votants.
Se présentant comme candidat conservateur-révisionniste, Serph qui, le 11 février 1889 à la Chambre, s'était abstenu dans le vote sur le rétablissement du scrutin d'arrondissement, demandait que l'on donnât la parole à la France. En 1893, il écrivit qu'il avait été trompé dans ses espérances, la dernière Chambre n'ayant fait que suivre les errements de celles qui l'avaient précédée depuis 1876. Dénonçant scandales, procès honteux, turpitudes et marchandages, il invita « le pays désabusé à n'envoyer à la Chambre prochaine que des députés résolus à poursuivre le retour de l'honnêteté dans l'exercice du pouvoir ».
Au premier tour, il fut en ballottage avec 5.408 voix contre 2.973 à Brouillet et 2.339 à Salmon, sur 15.410 inscrits et 12.887 votants, mais il l'emporte au second, le 3 septembre, par 6.199 voix contre 5.915 à Brouillet, sur 15.408 inscrits et 12.331 votants.
A la Chambre, il devint. membre de diverses commissions et président de plusieurs bureaux. Il déposa des propositions tendant à l'indemnisation des victimes de calamités agricoles dans l'arrondissement de Civray et prit part à la discussion d'un texte de loi modifiant le taux des droits de douane sur les chevaux et mulets.
Battu le 8 mai 1898 par son adversaire des élections précédentes - Brouillet, chef de cabinet de Cambon, gouverneur général de l'Algérie - qui obtint 5.190 voix alors qu'il n'en recueillait que 2.419, il se retira de la vie politique. Gusman Serph était président d'honneur du syndicat agricole de Civray, président cantonal du comice, membre de la société des agriculteurs de France. Il mourut le 26 mars 1902 à Savigné, dont il était maire, à l'âge de 82 ans.

 

14 novembre 2012

Agression Nocturne à Charroux en 1893

Agression Nocturne. Voici de nouveaux détails sur l'agression nocturne qui a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, aux environs de Charrroux

M. Lafond, aubergiste, revenait de Confolens dans son char-à-bancs. Il était à 1300 mètres du bourg de Charroux ; son cheval allait au pas, montant une côte, il était 11 heures.

Il aperçut bientôt sur le milieu de la route, deux individus qui semblaient attendre. Arrivé près d'eux, , l'un de ces individus s'élança à la bride du cheval ; un autre essaya de monter sur le marchepieds du véhicule en lui disant : « La bourse ou la vie ». Le troisième se tenait sur le côte de la route.

M. Lafond qui avait placé sur la banquette son revolver chargé, prit cette arme et fit feu dans la direction de celui qui tenait le cheval par la bride.

La détonation effraya le cheval qui se cabra et partit au galop, jetant sur le côté de la route celui qui le tenait.

Les deux autres individus poursuivirent M.Lafond, qui tira dans leur direction deux coups de révolver.

Les détonations effrayèrent de nouveau le cheval qui partit à fond de train et arriva à Charroux dans quelques minutes.

Le lendemain matin une enquête, était ouverte et le soir à 10 heures, la gendarmerie de Charoux arrêtait aux portes de Confolens, trois italiens dont le signalement répondait exactement à celui donné par M.Lafond ; celui-ci, confronté avec eux, en reconnut deux ; il ne put se prononcer affirmativement sur le troisième.

Ce sont les nommés Brandani Serverio, âgé de 27 ans, marchand ambulant, né à Caqstagnetoli, Orietti Innocenzo, 18 ans, sans domicile fixe, Marafetti Guiseppe, 17 ans, agriculteur, né à Pontremoli.

Ils nient être les auteurs de cette agression ; ils ont disent-ils passé la nuit à Charroux, sur la place St-Pierre ; et s'étaient couchés dans leur voiture entre 7 et 8 heures du soir.

Ces trois individus ont été écroués à la prison de Civray.

charroux 3

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 octobre 2012

Entre Chanteuses, Pressac

La Semaine du 13/07/1892

Entre Chanteuse, arrestation.
Dans la nuit du 1er au 2 mars, après une soirée donnée dans un café de Civray, la nommée marie-Louise Uzel, âgée de 18 ans, chanteuse de café-concert, confiait à sa camarade, la fille Gnall, un somme de 10 francs. Les deux chanteuses se réfugiaient ensuite dans une auberge où elles passèrent le reste de la nuit.

Le matin, vers 7 heures, sous prétexte d'aller chercher des petits pains, la fille Gnall sortit et se garda bien de revenir.
Plainte ayant été immédiatement portée par Marie Uzel, on ne tarda pas à apprendre que la fugitive avait été vue chez M. Granger, maître d'hôtel à Charroux d'où elle se dirigeait vers Limoges.

On continua les recherches, et le soir même, la fille Gnall était arrêtée dans l'auberge Dudognon, de Pressac, et de là conduite devant M. le Procureur de la République de Civray où elle a déclaré se nommer Gnall Andrée, être âgée de 25 ans et originaire de Sabadell ( Espagne).

La fille Gnall nie énergiquement avoir volé sa camarade.

 

426px-Lautrec_Yvette_Guilbert

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 septembre 2012

Programme du concourt de Charroux / fêtes agricoles septembre 1891

La semaine du 06/09/1891

Les fêtes agricoles. Voici le programme des fêtes organisées par la ville de Charroux à l'occasion du Concours agricole qui se tiendra dans cette localité les 12 et 13 septembre prochain.

Le 12 septembre, à 8 heures et demie du soir, retraite aux flambeaux par la Lyre charrolaise.

Le dimanche 13, à 9 heures du matin, courses de vélocipèdes ( bicycles, bicyclette et tricycles).

A 2 heures, couses à ânes.

Danse gratuites.

Mât de cocogne et jeux divers.

A 3 heures, distribution des récompenses du Concours agricole pendant laquelle la Lyre charollaise se fera entendre.

A 6 heures, banquet par souscription sous les halles. ( On trouvera des cartes, au prix de 3,50 frs, jusqu'au 6 septembre chez M. Mercier, juge de paix, secrétaire de la Commission.

A 9 heures, grand feu d'artifice de la maison Ruggieri. Pavoisement et illuminations.

 

charroux 3Concourt de Charroux.

Les 12 et 13 septembre aura lieu à Charroux un grand concours agricole, sous la présidence d'honneur de M. Couteaux, sénateur de la Vienne.

Voici le programme de ce concours auquel de nombreux agriculteurs ont déjà promis de prendre part :

Primes attribuées au canton de Charroux....

Primes attribuées à tout l'arrondissement...

Les cultivateurs qui veulent exposer et qui n'ont pas encore fait de déclaration feront bien de se faire inscrire le plut tôt possible, soit chez M. Bottey, président cantonale à Charroux, soit chez M. Pescault, secrétaire, ou chez M. Pierron, président de la Société, à Civray, car les listes seront closes le 1er septembre.

La ville de Charroux organise à cette occasion une fête magnifique qui doit lui attirer beaucoup de monde.

Un grand banquet dont le prix de la souscription est fixé à 3;50 frs, terminera le concours.

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 septembre 2012

Canton de Charroux en 1890

 

(Charroux, Asnois, La Chapelle-Bâton, Châtain, Genouillé, Joussé, Payroux, Saint-Romain, Surin)

 1890

 

La Semaine du 06/04/1890

Incendie d'un bois. - Environ dix hectares d'un bois, situé dans les bois des touches, commune de Genouillé, et appartenant en partie à M. Houdard, de Civray, sont devenus la proie des flammes.
La causes du sinistre sont ignorées.

La Semaine du 13/04/1890

Les conseils de révision – Par arrêté de M. le préfet de la Vienne, les opérations du Conseil de révision de la Vienne, pour l'examen des jeunes gens de la classe de 1889, auront lieu, dans les chefs lieux de chaque canton, aux jours et heures ci-après :

A Charroux, le jeudi 5 juin, à 8 heures 1/2, pour le canton de Charroux

Avis aux débitants. - par décision de M. le Sous-Préfet de Civray en date du 2 avril 1890, MM. Les débitants de l'arrondissement sont autorisés, à l'occasion des fêtes de Pâques, à laisser leurs établissement ouverts pendant la nuit du 6 au 7 courant, et le 7 jusqu'à minuit.

 La Semaine du 13/07/1890

Avis

La foire de Charroux, dite de la Saint-Laurent, se tiendra le dimanche 10 août 1890.
Les bœufs se placeront dans le nouveau champ de foire.

La Semaine du 27/07/1890
Comme les années précédentes, la fête nationale a été célébrée à Chapelle-Bâton, avec beaucoup d'entrain.
La Veille, cette grande fête à té annoncée par les cloches qu'on a sonnées à toute volée. Le matin même sonnerie. Les bâtiments communaux ont été pavoisés dés la veille. Beaucoup de particuliers ne sont pas restés en arrière. Le jour de la fête, les bâtiments communaux ont été superbement illuminés à la chute du jour. N'oublions pas surtout les citoyens Martin, buraliste, Martin Jules et Portejoie, tous les deux cafetiers, qui s'étaient distingués par leur illuminations. Un banquet dû à initiative de M. Lemoine a eu lieu chez M. Martin déjà nommé ; de nombreux convives y ont pris part. Trois cantonniers pour montrer leur attachement au gouvernement qu'ils servent, avaient tenu à cœur d'en faire partie...

Pendant tout le repas le meilleur entrain n'a cessé de régner. Plusieurs toasts ont été portés à la conservation des institutions républicaines et à la prospérité de la France. Bon nombre de refrains patriotiques ont été chantés ; le banquet terminé, M. le maire a levé la séance pour allumer le feu de joie installé sur la place.

Là encore les cris plusieurs fois répétés de : «  Vive la République se sont faits entendre. N'oublions pas M. Durand qui portait une lanterne vénitienne accrochée au bout d'un gros bâton, et, en compagnie d'un nombre de bons citoyens, a chanté plusieurs romances patriotiques dans la rue du bourg, et a électrisé ceux qui paraissaient les moins enthousiastes ; ajoutons que MM ; Martin et Portejoie ne lui en cédaient guère, et que cette promenade a obtenu un très grand succès.

Après le feu de joie, les danses publiques et gratuites : la jeunesse s'en est donné à cœur joie le

dimanche et le lundi soir.

En somme très bonne journée pour la République. On s'est quitté en se donnant rendez-vous à l'année prochaine.

Vive la République !

 

La Semaine du 19/10/1890

Incendie – Dans la soirée du 10 au 11 courant, un incendie s'est déclaré à la germe de la gorce,commune d'Asnois, dans un bâtiment et un hangar occupés par M. Chardat Pierre, métayer et appartement à M.Oberthur, propriétaire à Asnois.
Une lanterne accrochée à un mur est tombée et a communiqué le feu à du foin qui se trouvait là ; tout est devenu la proie des flammes.

Les pertes évaluées à 5847 francs sont couvertes par une assurance.

 

L'Avenir de la Vienne, le dimanche 9 novembre 1890 & La Semaine du 16/11/1890

Vols de Poulets – Les maraudeurs ont été visiter ces jours dernier le poulailler du sieur Boucher Français, âgé de 45 ans, demeurant au village de tordillac, commune de Charroux.

Neuf poulets ont été la proie des noctambules, qui les ont mangés ou vendus.

Boucher apprit ensuite par un sieur Bernard, de Surin, qu'il pourrait peut-être retrouver ses poulets chez un aubergiste de Civray, le sieur Z... Sa femme se rendit le 4 novembre à cette auberge et reconnut, assure-t-elle, une de ses poules parmi celles de la femme de Z..., qui s'est refusée à dire le nom de la personne qui lui avait vendu le volatile.

Plainte à été portée à la gendarmerie qui a dressé procès-verbal.

 La Semaine du 16/11/1890

Nomination de cantonniers. Le sieur Barret Alexis, est nommé cantonnier du service vicinal sur le chemin de grande communication n°43, de Civray à Champagne-Mouton, en remplacement du sieur Bernonneau Pierre, qui passa sur le chemin d'intérêt commune n°101 de Romagne à Charroux.
La résidence est fixée à Genouillé.

Vol de poules.

La gendarmerie vient d'être informée qu'un vol de poules a été commis à Genouillé au préjudice de Capitaine Jean, cultivateur.

Les soupçons se portent sur les époux F..., de la même commune, dont la culpabilité n'est cependant pas encore établie.

 La Semaine du 23/11/1890

Accident de voiture. - En revenant lundi dernier de la foire de Joussé, le sieur Morisset, de Charroux, a été renversé, près le village de beauvais, par une voiture venant en sens inverse.

Relevé et transporté à Joussé, chez le sieur Raynaud, aubergiste, le blessé a reçu les soins de M. le docteur Barancy qui a déclaré que les blessures nécessiteraient un assez long repos, Morisset a eu la mâchoire brisée et l'oreille droite décollée ; de plus, il s'est fait une entorse à la jambe droite.

 Arrestation. En exécution d'un jugement rendu par le tribunal de commerce de Civray, un négociant de cette ville, qui avait été déclaré en faillite, vient d'être arrêté et écroué à la maison d'arrêt.

 Mendicité, vagabondage. Le sieur Fournier Adrien, âgé de 46 ans, pâtissier sans domicile fixe, a été arrêté à Charroux sous l'inculpation de vagabondage et de mendicité.

Il sortait de la maison d'arrêt d'Angoulême, où il venait de purger une condamnation.

Joussé

L'accident de voiture. L'enquête à laquelle il a été procédé à la suite de l'accident de voiture que nous avons relaté la semaine dernière, et dont le sieur Mousset Louis de Charroux, avait été victime, paraît avoir démontré que cet individu était ce jour-là en état complet d'ivresse.
Ce point était assurément très intéressant à éclaircir.

 La Semaine du 30/11/1890

Des Pierres sur les rails. - La gendarmerie a dressé procès-verbal contre les jeunes Deschaumes Léopold, 8 ans demandant à la mongère, commune de Civray et Quincarlet Constant, 9 ans, demeurant au chaffaud, commune de Savigné.

Le 20 novembre ces enfants avaient placé, à plusieurs reprises, des pierres sur les rails de la voie entre Saint-Savil et Charroux, dans le but de les voir écraser par la machine.

 

La Semaine du 07/12/1890

Liste des délégués Sénatoriaux.
Canton de Charrroux.

Charroux : Bourdier-Failleul, Malapert F.S., Maury

Asnois : Oré, Bessonneau. S. Massonneau.

Chapelle-Bâton: Portejoie, Brouillet Louis.S, Bris

Châtain : Arnault, Vignault. S., Bonneau

Genouillé : Roux, Baribaud.S., Montubert

Joussé : Bellaut. S., Barbot

Payroux : De Ferré, Dupeux.S., Dupont

Saint-Romain : Sorton, Ladont.S., Bouchet

Surin : Cartreau. S., Demond.

 

L’Avenir de la Vienne, du lundi 8 et mardi 9 décembre 1890.
Chien sans collier – Procès-verbal a été dressé contre le sieur R... François, cultivateur, qui avait oublié de munir son chien du collier réglementaire.

 L’Avenir de la Vienne du jeudi 11 décembre 1890.

Violence. - Le 7 courant, le sieur S... Pierre, journalier à Charroux, aurait eu une altercation avec le sieur D... aubergiste, à propos d'un règlement de compte.

D... lui aurait donné un gifle sur la figure. Procès-verbal a été dressé.

 

L'Avenir de la Vienne du vendredi 12 décembre 1890.

Entre frère et sœur. L'accord ne paraît pas régner entre les frère et sœur P..., de Charroux.

Dans la journée du 7 courant, après avoir grossièrement insulté son frère qui avait eu le bon esprit de ne pas lui répondre, la veuve G... brisa les carreaux de l'imposte de la maison.

Cette fois, c'était aller un peu loin. La gendarmerie fut avertie et se rendit chez la veuve G... qui s'empressa de reconnaître les faits en regrettant que les pierres n'aient pas atteint sa belle-sœur.
Complétons nos renseignements en ajoutant que la veuve G... a séjourné pendant quelques temps dans une maison d'aliénés, d’où elle n'aurait probablement pas dû sortir.

 La Semaine du 14/12/1890

Démission. Nous apprenons que M. Loisillier Félix, maire de la commune de Genouillé, vient, à la suite de dissentiments avec le Conseil Municipal, de se démettre de ses fonctions.

L'Avenir de la Vienne du dimanche 21 décembre 1890

Avis aux débitants. - par décision de M. le sous-Préfet de Civray, les débitants de l'arrondissement sont autorisés, à l'occasion des fêtes de Noël, à tenir leurs établissements ouverts pendant la nuit du 24 au 25 courant, et le 25 jusqu'à minuit.

 

La semaine du 21/12/1890

La Chapelle-Bâton

moutonVol de sept brebis et de deux moutons.
- Dans la nuit du 10 au 14 décembre, six brebis estimées 150 francs, et appartenant à la femme Rondeau, propriétaire au village de bel-air, ont disparu de l'écurie où elle étaient enfermées.
La porte du toit était ouverte lorsque cette femme est allée, le 11 au matin, soigner son bétail ; il est certain qu'un vol a été commis ; cette porte avait été soigneusement fermée la veille.

- Dans la nuit du 8 au 9, un vol de deux moutons, estimés 50 francs, a été commis au village de lafa, même commune, au préjudice du sieur Bujon Jean, âgé de 59 ans, propriétaire.
Là aussi le voleur n'a eu qu'à ouvrier la porte et à emmener les deux moutons.

 

- Enfin, dans la cours de cette même nuit, une brebis a été volée au préjudice de sieur Roland Eugène, âgé de 37 ans, métayer au village de feumorand, même commune.

Là le voleur avait pris la peine de refermer la porte du toit après avoir fait sortir l'animal.

Des plaintes ont été portées à la gendarmerie qui a ouvert une enquête.

  L'Avenir de la Vienne du vendredi 27 et samedi 28 décembre 1890

Avis aux débitants. - par décision de M. le sous-Préfet de Civray, en date du 24 courant, les débitants de l'arrondissement sont autorisés, à l'occasion du premier de l'an, à tenir leurs établissements ouverts pendant la nuit du 1er au 2 janvier 1891 courant.

 L'Avenir de la Vienne du lundi 29 et mardi 30 décembre 1890.

Vérification des poids et mesures – par arrêté de M. Le Préfet de la Vienne la vérification des poids et mesures, en 1891, se fera aux jours fixés, à la mairie des communes indiquées ci-après.

Pour Charroux : 11 février, de 7h à 10 h du matin et de midi à 4 h du soir.

Pour Asnois : 12 février de 7 h 1/2 à 8 heures du matin.

Pour Châtain : le 12 février, de 9 h à 10 h 12 du matin.

Pour Genouillé : 12 février, de 2 h 1/2 à 4 heures du soir.

Pour la Chapelle-Bâton : 13 février, de 3 h à 4 heures du soir.

 

 

 

 

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,