18 juillet 2019

Le 14 juillet 1919 à Confolens

 

 

Confolens a tenu à célébrer, comme il convient, la journée de la Victoire ; et ce fut réellement l’allégresse ressuscitée, après quatre longues et sanglantes années d’angoisses. Pavoisement de la ville, salves d’artillerie et voix de nos cloches, tout disait la joie des cœurs, qui battaient enfin dans les poitrines libérées.

Il y a des jeux,n dont nous avions perdu mémoire ; une Kermesse, que para la grâce, costumée et pittoresque, de nos jeunes Confolentaises ; des retraites aux flambeaux, un feu d’artifice, un bal ; tout fut parfait. C’était un rayonnement du ciel et des visages ! Et comment fêter assez le triomphe de la France et le salut du monde ?

Mais, au milieu de ces réjouissances, nous songions principalement à Ceux qui nous conquirent cette grande journée, à tous ces incomparables soldats dont les uns défilaient là-bas, sous l’Arche Napoléonienne, dont les autres, âmes éparses, allégées de leur corps, se mêlaient aux souffles mêmes de la Patrie.

 Dès la veille, nous avions pieusement honoré leur sacrifice ; le matin, dans l’église de Saint-Maxime, une voix éloquente, encore meurtrie des épreuves de la guerre, évoquait, avec un frisson qui nous gagna tous, l’héroïsme et la foi de ces nouveaux martyrs. Ce n’était pas une oraison funèbre, mais le chant du triomphe et de l’espérance chrétienne. L’absoute ensuite leur fut donnée ; et nous les avons vus se dresser dans la lumière immortelle, gardant encore, plus belle que la robe des Élus, les capotes fangeuses de la Marne ou de l’Yser.

Le soir, ce fut le pèlerinage au cimetière, où reposent avec quelques-uns de nos compatriotes, une trentaine de soldats du 165e. Confolens s’était fait un devoir de leur apporter l’hommage de sa gratitude. Toute la ville était là : sous préfet, conseil municipal, enfants des écoles, administrations diverses, sociétés avec leurs bannières, dernières vétérans qui avaient sauvé l’honneur à Saint-Privat et à Bitche, blessés et mutilés de la guerre, dont se ralentissait orgueilleusement le cortège,e ce fut une manifestation grandiose par son recueillement et son unanimité. Des fleurs furent déposées sur les tombes, et trois beaux discours prononcés, que nous reproduisons plus bas. Comme l’a dit avec une si profonde émotion l’un des orateurs, nous ne saurions nous contenter d’un jour de reconnaissance, et nous attendons prochainement le marbre où seront gravés les quatre vingt quinze noms confolentais.

C’est là que nous irons prier et remercier, que nous irons demander, pour nous et nos fils, la survivance de ces généreuses vertus qui ont préservé les destins de la Patrie.

 

 

1919-07-17 - Confolens Saint-Maxime église

1919-07-17 - Confolens Saint-Maxime b

1919-07-17 - Confolens Saint-Maxime

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 juillet 2019

Confolens la Fête de la Victoire et le 14 juillet 1919. Le programme.

Le Maire de Confolens adresse à ses administrés, l’appel suivant :

Mes chers concitoyens,

la fête nationale du 14 juillet sera, cette année, la Fête de la Victoire et de la Paix. Nous devrons donc la célébrer, en pleine concorde, avec un éclat tout particulier.

Je vous invite en conséquence à pavoiser vos demeures, à orner nos rues, à illuminer vos fenêtres ; que chacun, dans la mesure de ses moyens, aide à donner à notre charmante cité un air de fête et participe aux réjouissances publiques.

Mais avant de célébrer la Victoire nous devons manifester notre reconnaissance à ceux qui en ont été les artisans et qui sont morts pour le triomphe de la Justice et de la Liberté. Je vous demande donc de vous joindre tous, dimanche 13 juillet, à 16 heures 30, à la Municipalité et au Conseil municipal qui se rendront, de l’hôtel de ville au cimetière pour déposer des fleurs sur les tombes des soldats morts pour la France.

En mairie, à Confolens, le 10 juillet 1919. le Maire : Jules Halgand.

 

Confolens

Le Programme de la Fête de la Victoire et du 14 juillet.

Le dimanche 13 juillet :

A 20 heures : Sonnerie des cloches ; salve de 21 coups de canon

A 21 heures : retraite aux flambeaux avec le concours de la Société musicale de Confolens.

Le lundi 14 juillet :

A 5h.30 : Sonnerie des cloches ; salve de 21 coups de canon.

A 8 heures : distribution de pains aux indigents.

A 9 heures : jeux divers sur la Vienne ( mat de cocagne, concours de natation etc.)

A 13h.30 : Bal sous le marché couvert.

A 14 heures, place de la Mayade ; Course en sac ; jeu de la ficelle ; courses à pieds.

A 15h.30, allées de Blossac : Course aux ânes ; courses à bicyclette.

A 16h.30, kermesse, salle des fêtes.

Au cours de la journée, distribution d’insignes au profit des Régions libérées.

Le soir à partir de 21 heures : illuminations générales. Grand feu d’artifice.

Retraite aux flambeaux avec le concours de la Société musicale de Confolens.

Grand bal sous le marché couvert.

 

1919-07-09 - Confolens

Posté par BENOIT-PERISSAT à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2019

Chemin de fer économiques de la Charente, nouveaux horaires.

08/01/1919

Chemin de fer économiques

Relations entre Angoulême, Champagne-Mouton, Alloue et Confolens, et relations nouvelle entre Angoulême, Saint-Angeau, Mansle :

Le nouvel horaire des chemins de fer économiques des Charentes, qui va être prochainement appliqué, établira des relations nouvelles entre Angoulême, Champagne-Mouton, Alloue et Confolens.

Le train partant le soir d’Angoulême-ville (départ avancé à 16h. Au lieu de 16h.30) pour Saint-Angeau et certain jours de la semaine pour Alloue circulera désormais jusqu’à Alloue les jours où il s’arrêtait à Saint-Angeau.et jusqu’à Confolens les jours où il s’arrêtait à Alloue. De même le train qui arrive le matin à Angoulême-ville partira d’Alloue les jours où il partait de Saint-Angeau et de Confolens les jours où il partait d’Alloue. Le nouvel horaire permettra notamment de faire le trajet de Confolens, Alloue, Champagne-Mouton, Angoulême-ville à 11h.30 et départ de cette gare pour le retour à 16h.)

En raison de ce que le principal marché de Confolens à lieu le samedi, le train hebdomadaire faisant le trajet Angoulême - Confolens et retour aura lieu le samedi au lieu du jeudi : départ d’Angoulême-ville à 5h.36, arrivée à Confolens à 11h.19. Pour le retour, départ de Confolens à 16h.10, arrivée à Angoulême-ville à 21h.48.

Un jour sur deux aura lieu un train partant d’Angoulême-ville le matin et se rendant à Saint-Angeau, Mansle, Luxé avec prolongement sur Ségonzac et Cognac. Les mêmes jours aura lieu un train faisant le trajet inverse. Ces trains auront lieu les lundi, jeudi, vendredi de chaque semaine et les dimanches dont le quantième est impair. Ils permettront notamment ces jours-là de faire le trajet Angoulême-ville, Saint-Angeau, Mansle, Luxé et retour (départ d’Angoulême-ville à 7h.30, arrivée à Mansle à 11h. et à Luxé à 11h.27 ; Départ de Luxé à 14h.10, de Mansle à 14h.37, arrivée à Angoulême-ville à 17h.46). Le matin correspondante à Saint-Angeau avec le train venant d’Alloue et le soir correspondance avec le train allant à Alloue.

Enfin, les trains de la foire de Mansle sont inscrits définitivement à l’horaire comme trains périodiques avec quelques modifications. Ils auront lieu le 25 de chaque mois ( sauf en décembre où ils ont lieu le 24). Ces trains permettront les jours de foire de Mansle de faire notamment les parcours suivants :

1° Angoulême-Mansle et retour

2° Alloue-Mansle et retour

3° Aigre-Mansle et retour

 

1919-01-08 - Gare d'Alloue

 

 

Article du quotidien La Charente - Angoulême. - C.Postale perso.

Posté par BENOIT-PERISSAT à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 juillet 2018

Confolens 1901 : Beaucoup trop vite dans la butte.



M.Véron, huissier à Confolens, installé depuis un mois à peine dans notre ville et tout nouvellement marié, a été vendredi matin victime d’un terrible accident.
Il descendait, à huit heures et demie la rue des Buttes, qui est la plus rapide de notre ville, sur une machine malheureusement dépourvue de frein. Il ne tarda pas à être emporté, culbuta une vieille femme et vient s’abîmer sur la façade de la maison de M. Masonnet, notaire.


Relevé aussitôt sans connaissance, le front ouvert les pommettes coupées, le nez à demi-écrasé, il fut transporté chez M. Bergougnioux, pharmacien, qui lui prodigua les soins les plus empressés.


M. le docteur Défaut, appelé en toute hâte, lui fit appliquer des compresses de glace, fit des injections de caféine, mais le malheureux cycliste ne reprit pas connaissance.


Notre correspondant de Confolens nous adresse samedi matin la dépêche suivante :
« M. Veron est mort ce matin samedi à neuf heure ».
Article de "la Charente" du 30/06/1901

 

1901-06-30 - Confolens rue des Buttes

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2018

Confolens et le pain de 48 heures


Le maire de Confolens informe ses concitoyens qu’à partir du 10 février MM. Les boulangers ne devront livrer à leur clientèle que du pain dont la fabrication remontera à 48 heures.
10/02/1918

 

1918-02-10 Confolens b

1918-02-10 Confolens

Posté par BENOIT-PERISSAT à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09 février 2018

Gendarmes de l'arrondissement de Confolens

Confolens ( 09/02/1918)
Les gendarmes de l’arrondissement ont verbalisé contre des aubergistes de Chabanais, Saint-Laurent-de-Céris et Champagne-Mouton, pour fermeture tardive de leur établissement ou pour avoir servi de l’alcool aux heures interdites et à des consommateurs en état d’ivresse.

1918-02-09 - café Chabanais 2

1918-02-09 - café Saint laurente de ceris

1918-02-09 - café

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juin 2015

M. Le Recteur au collège de Confolens

M. le Recteur à Confolens.

Samedi dernier, 12 juin, M. le recteur de l'Académie de Poitiers, a inspecté le collège de Confolens.

M. le Recteur s'est vivement intéressé à Confolens, au bataillon des jeunes poilus qui, d'une façon impeccable, ont exécuté sous ses yeux plusieurs mouvements.

1915-06-18 Confolens collège

18/06/1915 ( L'avenir de la Vienne)

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2015

Availles-Limousine : VOL ou NICHE

Availles-Limousine ( l'avenir de la vienne du 06/02/1915)

Vol ou niche ? - Le 31 janvier, plusieurs jeunes gens étaient venus se livrer au plaisir de la « glissade » dans un champ situé près de la route d'Availles à Abzac. L'un d'eux, M. Jean Maillard, 17 ans, propriétaire à la Garselle (commune de Confolens) plaça son pardessus sur un buisson pour faire une promenade à bicyclette, mais à son retour il avait disparu. L'un des autres jeunes gens avoua qu'il l'avait caché à 50 mètres de là par plaisanterie, mais de cet endroit le pardessus avait également disparu et ne fut pas retrouvé malgré les recherches aux alentours, M.Maillard a porté plainte.

 

Abzac Paysage 2

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mars 2014

Inondations à Confolens,de la Vienne et du Clain.

27 mars 1914


Les inondations.

Petit à petit, nous allons vers les inondations.
- La Vienne, d'après le service hydrométrie, avait ce matin à 7 heures à Confolens, une crue de 2 mètres 48. la croissance horaire était de trois centimètres.

- Le Clain cotait, ce matin, 2 m.85 de crue, avec croissance de 1 centimètre à l'heure. La montée de l'eau a été assez forte cette nuit. Les rives de notre rivière sont couverte d'eau.

Tout le long de sa vallée, et notamment entre Poitiers et Saint-Benoit, le Clain a quitté son lit et s'étale sur le larges étendues. Les communications ne sont nulle part interrompues à l'heure où nous écrivons ces lignes, mais elles pourraient l’être ce soir.

Le service hydrométrie nous signale en effet une crue pour ce soir 4 ou 6 heures.

1914-03-27 Confolens innondation 1

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 novembre 2012

Agression Nocturne à Charroux en 1893

Agression Nocturne. Voici de nouveaux détails sur l'agression nocturne qui a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, aux environs de Charrroux

M. Lafond, aubergiste, revenait de Confolens dans son char-à-bancs. Il était à 1300 mètres du bourg de Charroux ; son cheval allait au pas, montant une côte, il était 11 heures.

Il aperçut bientôt sur le milieu de la route, deux individus qui semblaient attendre. Arrivé près d'eux, , l'un de ces individus s'élança à la bride du cheval ; un autre essaya de monter sur le marchepieds du véhicule en lui disant : « La bourse ou la vie ». Le troisième se tenait sur le côte de la route.

M. Lafond qui avait placé sur la banquette son revolver chargé, prit cette arme et fit feu dans la direction de celui qui tenait le cheval par la bride.

La détonation effraya le cheval qui se cabra et partit au galop, jetant sur le côté de la route celui qui le tenait.

Les deux autres individus poursuivirent M.Lafond, qui tira dans leur direction deux coups de révolver.

Les détonations effrayèrent de nouveau le cheval qui partit à fond de train et arriva à Charroux dans quelques minutes.

Le lendemain matin une enquête, était ouverte et le soir à 10 heures, la gendarmerie de Charoux arrêtait aux portes de Confolens, trois italiens dont le signalement répondait exactement à celui donné par M.Lafond ; celui-ci, confronté avec eux, en reconnut deux ; il ne put se prononcer affirmativement sur le troisième.

Ce sont les nommés Brandani Serverio, âgé de 27 ans, marchand ambulant, né à Caqstagnetoli, Orietti Innocenzo, 18 ans, sans domicile fixe, Marafetti Guiseppe, 17 ans, agriculteur, né à Pontremoli.

Ils nient être les auteurs de cette agression ; ils ont disent-ils passé la nuit à Charroux, sur la place St-Pierre ; et s'étaient couchés dans leur voiture entre 7 et 8 heures du soir.

Ces trois individus ont été écroués à la prison de Civray.

charroux 3

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,