29 octobre 2016

Un loup tué au Vigeant (Vienne)

Le Vigeant

Loup tué. Jeudi dernier, M.Pouzioux Germain, en procédant à une battue aux animaux nuisibles dan les bois de Larrault, a tué un magnifique loup mâle du poids de 35 kilos.

Nos félicitions à cet adroit chasseur qui débarrasse nos cultivateurs, déjà bien éprouvés, de voisins aussi gênants.

L'avenir de la vienne du 29/10/1916

Loup

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


07 février 2013

Le Vigeant 1893 - Réunion publique ( Élection législative du 20/08/1893)

La Semaine du 20/08/1893

Réunion publique du 18 août à le Vigeant

Un grand nombre de citoyens que l'on peut évaluer à 600, s'étaient rendus dimanche dans notre commune, pour assister à la réunion publique où notre sympathique ami M. Demarçay devait prendre la parole. Dès une heure, la salle était comble ; le bureau est aussitôt formé ; il est composé de nos excellents amis, MM. Cordroy, conseiller général, président ; Bezagny, marie de l'Isle-Jourdain, et Maillas, maire du Vigeant, assesseurs.

M. Demarçay a la parole, mais immédiatement une bande de stipendiés, sous la direction de MM. Petit et de Fontmervault, organise un vacarme épouvantable ; pendant deux heures, notre ami Demarçay et ceux qui l'entourent essayent de se faire entendre. Le petit groupe des camelots armé de sifflets ne permet pas aux orateurs de prendre utilement la parole. Le brave de Monplanet est absent, il sait que les gaillards a sa solde font de la bonne besogne et cela lui suffit. A trois heures, les électeurs se retirant lentement ; c'est alors que paraît le sieur de Monplanet ; il s'avance vers la foule et commence une phrase, mais notre ami Maillas avec un à-propos parfait interrompt et lui dit : M. de Monplanet en présence de la conduite inqualifiable que viennent d'avoir pendant deux heures les gens à votre solde, je n'hésite pas à crier : a bas de Monplanet et vive la République !

«  Et maintenant, ajoute-il, vous êtres ici, dans un édifice communal, je suis le maire, voici mon écharpe. »

Et du geste lui montrent la porte : je vous invite à sortir ; et le Monplanet ouvre son ombrelle et comme Tartuffe, fait une sortie qui n'a rien de magistral, je vous prie de la croire, il est suivi par son groupe de camelots.

Excellente journée ; les citoyens, sans partis-pris, écœurés de voir violer ainsi le droit de réunion, déclarent que l'indigne conduite des cléricaux vaudra 100 voix de plus à l'ami Demarcay.

Vive la République !

A bas de Montplanet

Bravo mon cher M. Maillas.

 

la semaine du 27/08/1890

Résultat : ( Élection législative du 20/08/1893)

Arrondissement de Montmorillon
Canton de L'isle-Jourdain

commune

DEMARCAY

DE MONTPLANET

L'isle-Jourdain

162

73

Adriers

279

197

Asnières

111

102

Luchapt

107

136

Millac

253

48

Moussac sur Vienne

203

125

Mouterre

49

87

Mériganc

54

23

Queaux

239

209

Le Vigeant

286

218

Résultat arrondissement, M. Demarcay, élu à 1893 voix de majorité.
Aux élections de 1889 M. Demarçay avait été élu par 8789 contre 8116 à M. De Beauchamp, réactionnaire.

note :

demarcay maurice Député et sénateur (1835-1907)Maurice, Marc, Auguste DEMARÇAY (1835 - 1907)

  • Né le 26/10/1835 à Paris (Paris - France)
  • Décédé le 09/09/1907 à Saint-Savin-sur-Gartempe (Vienne - France)
  • Profession : Propriétaire agricole

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

  • 21/08/1881 - 09/11/1885 : Vienne

    22/09/1889 - 14/10/1893 : Vienne

    20/08/1893 - 31/05/1898 : Vienne

    08/05/1898 - 12/11/1900 : Vienne

    Mandat Sénateur

    • Élu le 16 septembre 1900

    • Fin de mandat le 9 septembre 1907 ( décédé)

     

 

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 17:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 février 2013

Le Vigeant 1893 - acte de courage

La Semaine du 06/08/1893

Acte de courage. On nous écrit à la date du 24 juillet :

Samedi dernier, sur les huit heures du mati, un homme monté dans une petite charrette trainée par une jeune et forte jument se rendait tranquillement au pas, de l'Isle-Jourdain à St-Martin-Lars, lorsqu'une des servantes de la charrette, s'étant détachée, est venue battre les jambes de la jument. Celle-ci effrayée partit à toute vitesse et son conducteur ne pouvant la retenir, pour épargner sa vie, se laissa tomber derrière le véhicule.

l'église du vigeantPrés de l'église, la jument, n'ayant p)as eu le temps de prendre le détour, la route étant en pente, alla se jeter obliquement dans la façade de la cure.

Les deux brancards furent brisés mais la jument n'ayant aucun mal et encore plus effrayée allait repartir et causer certainement de grands malheurs lorsque le sieur Chambaudry Auguste, maçon au bourg, lui sauta à la tête et fut assez heureux pour l'arrêter.

On frémit en pensant, vu la disposition des lieux, aux accidents qui auraient pu arriver sans le courage et le sang-froid de Chambaudry.

Le ruban donné en pareil cas ferait bien sur la poitrine de cet honnête homme qui l'a bien gagné en préservant la vie de ses concitoyens et en risquant la sienne ; Ce serait ici bon exemple.

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2012

Chemin de Fer - Ouverture de la ligne de Civray au Blanc

La Semaine du 09/08/1891

Ouverture de la ligne de Civray au Blanc. Le Journal officiel publie aujourd'hui la note suivante :

Le ministre des travaux publics a autorisé la compagnie d'Orléans à ouvrir à l'exploitation la section du chemin de fer de Civray au Blanc, comprise entre Charroux et Lussac-les-Chateaux, et a fixé au lundi 10 août 1891 la date de cette ouverture.

Cette section de ligne, d'une longueur de 47, 143 mètres, comprend, indépendamment des deux gares extrêmes, les stations et haltes suivantes :

Station de Mauprévoir
Station de Saint Martin-l'Ars
Station du Vigeant
Station de l'Isle-Jourdain
Station de Moussac
Station de Persac
Halte de Villars.

Copie de Viaduc de l'Isle jourdain 86 le train

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 juillet 2012

Le Vigeant 1887

La Semaine du 20 fevrier 1887 (p22)

- les Élections du Vigeant.

Il est passé, dimanche dernier, dans la commune du Vigeant, des faits graves sur lesquels il serait utile que la lumière se fit complètement.

Les élections municipales, qui avaient eu lieu dans cette commune, le 9 mai 1886, ayant été annulées par le Conseil d'Etat, il a été procédé, au Vigeant, à de nouvelle élections, le 7 février courant.

Dans la journée, tout s'est bien passé. Mais, le soir, le dépouillement des votes n'a pu avoir lieu. A onze heures, il n'y avait encore que 250 bulletins vérifiés.
Le bureau n'aait aucun moyen de contrôler les bulletins douteux; le maire les accaparait tous, s'écriant à tout moment : " je suis le seul maître ici; c'est moi que cela regarde !" Le Maire avait, en outre, refusé de former deux tables de dépouillement bien que le nombre de votants dépassât 480. Il prétendait qu'il voulait," seul", "présider toutes les opérations" !
Enfin le bureau, lassé des façons aussi autoritaires que ridicules du maire du Vigeant, s'est dissous, et a laissé ce maire seul avec ses bulletins.
Le lendemain seulement le marie à expédié tous ls bulletins de vote par les messageries au sous-préfet de Montmorillon, qui a ordonné une enquête.

" Malheureusement, ajoute l'honorable correspondant qui nous donne ces détails, l'enquête est faite par la gendarmerie, et il est inutile de vous dire que nos gendarmes, étant au mieux avec toute la réaction du Vigeant., le résultat de l'enquête est connu d'avance : ce sont les républicains qui auront tort."

Voilà les faits ;
Nous les signalons à la vigilante attention de M. le Préfet de la Vienne qui, nous n'en doutons pas, connaissant sa fermeté, saura prendre les mesures nécessaires pour que, malgré la gendarmerie du Vigeant, les républicains " n'aient point tort" si les réactionnaires sont seuls responsables de ces faits aussi graves que regrettable. E.D.

 

La Semaine (p23) Le Vigeant

On vient de placarder dans la commune du Vigeant l'avis suivant :

Les habitants de la commune du Vigeant sont informé que le Conseil de Préfecture procédera, en séance publique, dans le lieu ordinaire de ses audiences le 18 février courant, à 2 heures du soir, au dépouillement du scrutin pour l'élection du 6 courant. Tout électeur a le droit d'assister à ce dépouillement. Le maire : RAYMOND.

Des renseignements qui nous parviennent de cette commune nous avons acquis la certitude que les soupçons qui se sont élevés sur le rôle de la gendarmerie sont un peu exagérés. En effet, depuis l'arrivée du nouveau brigadier de l'Isle Jourdain, l'attitude de la gendarmerie à té des plus correctes.

Posté par BENOIT-PERISSAT à 23:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,